| | Idées

Alec von Barnekow: «Après les infirmiers, pourquoi pas les ouvriers de chantier?»

Alec  von Barnekow

Le 28 novembre, le peuple suisse se prononce sur l’initiative «Pour des soins infirmiers forts». Cette semaine, des personnalités politiques romandes défendent leur point de vue sur Heidi.news. Ce jeudi, le Fribourgeois Alec von Barnekow, vice-président des Jeunes Libéraux-Radicaux.

Applaudir ne suffit pas! C’est avec ce chic slogan que les partisans de l’initiative pour des soins infirmiers forts font campagne en vue des votations fédérales du 28 novembre. II faut admettre que l’effort fourni par le personnel soignant au cours des 20 derniers mois est impressionnant et j’en suis très reconnaissant. Par ailleurs, je comprends les inquiétudes quant à la relève de ce milieu. Cependant, je doute fortement que cette initiative soit la meilleure solution.

Lors du traitement de l’initiative au Parlement, ce dernier s’est montré sensible aux revendications des initiants et a élaboré un contre-projet qui reprend la majorité de leurs demandes. Celui-ci a l’avantage d’être directement applicable. C’est-à-dire qu’en cas de refus de l’initiative, il entrerait immédiatement en vigueur. Au vu de la lenteur de notre machine politique, c’est un avantage indéniable, les besoins du personnel soignant devant être rapidement remplis.

«La Confédération n’emploie aucun infirmier et ne gère aucun hôpital»

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.