Berset: «Nous présenterons le plan d’assouplissement des mesures le 16 avril»

Alain Berset (à gauche) et Simonetta Sommaruga, le 8 avril à Berne. | Keystone / Peter Klaunzer

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement de tous nos lecteurs, tant ces informations sont utiles pour comprendre l'épidémie en cours. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

Lors de sa conférence de presse de ce 8 avril, le Conseil fédéral a annoncé que les mesures en vigueur seront prolongées jusqu’au 26 avril. Elles devraient être assouplies avant la fin du mois dans certains secteurs. Le Conseil fédéral a mandaté l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), en accord avec le département de l’économie, pour élaborer une stratégie de déconfinement. Cette dernière sera présentée le 16 avril.

Pourquoi c’est important. Guy Parmelin, conseiller fédéral en charge du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR), a donné une perspective sombre: «Le chômage dans le pays pourrait grimper jusqu’à 7% dans le pays.» Il est donc urgent de pouvoir relancer l’activité économique tout en respectant les mesures d’hygiène et de distanciation sociale.

La décision la plus importante du jour. Simonetta Sommaruga, présidente de la Confédération, a annoncé que l’état de situation extraordinaire était prolongé jusqu’au 26 avril. Cela signifie que les mesures actuelles sont prolongées et la population invitée à rester à la maison jusqu’à cette date. La Bernoise a néanmoins tenu à féliciter la population:

«Nous pouvons être fiers! Les mesures prises ont un effet positif sur l’épidémie. Le concept du Conseil fédéral est un succès. Mais les experts demeurent prudents: il ne faut pas encore renoncer aux mesures d’hygiène et de distanciation sociales. La voie est bonne, mais nous ne sommes pas encore arrivés à destination.»

La présidente de la Confédération est consciente que l’incertitude actuelle est pesante et que la population a besoin de perspectives. Le Conseil fédéral a donc étudié plusieurs scénarios de déconfinement progressif ce 8 avril. Simonetta Sommaruga:

«Les premières mesures d’assouplissements pourront avoir lieu avant la fin du mois d’avril.»

Le déconfinement. C’est Alain Berset, conseiller fédéral en charge de la santé, qui a évoqué la stratégie de sortie de crise. Ce 8 avril, elle n’est pas encore arrêtée. Il est néanmoins important pour le ministre de la santé de pouvoir revenir progressivement à une situation normale. Alain Berset:

«L’équilibre est fragile. Les chiffres, de cas et de décès, continuent à progresser, mais moins rapidement. Les hospitalisations se stabilisent. Une certaine détente semble s’opérer sur le front de l’épidémie. Tout en ayant conscience des conséquences que ces mesures ont sur le plan social et économique, il est important de tenir bon, mais avec la perspective des premiers assouplissements, dans certains secteurs d’activité, dès la fin du mois d’avril. Nous présenterons le concept d’assouplissement le 16 avril.»

Le déconfinement opèrera selon une stratégie d’assouplissement échelonné. Deux critères entrent en ligne de compte:

  • Le moment adéquat.

Il peut être déterminé grâce aux chiffres de l’épidémie. Ces derniers sont sujets à interprétation, mais une image complète de l’évolution peut être obtenue, selon Alain Berset, grâce à l’évolution du nombre de nouvelles infections, de l’évolution du nombre d’hospitalisations et de l’évolution du nombre de décès. Ces données permettent au Conseil fédéral de déterminer où l’on se trouve dans l’évolution de l’épidémie.

  • L’ordre de levée des mesures.

Pour rouvrir certains secteurs, il faut s’assurer que les mesures d’hygiène et de distanciation sociale actuelles puissent y être assurées. Il faut aussi éviter de rouvrir les lieux incitant des mouvements importants de population et des rassemblements.

Nouvelles mesures économiques. Guy Parmelin, conseiller fédéral en charge de l’économie, a présenté quelques chiffres:

  • Le taux de chômage a bondi à près de 3%,

  • près de 1,5 million de personnes sont au chômage partiel,

  • la production dans le pays a chuté en moyenne de 25%.

Guy Parmelin:

«L’économie est très fortement touchée par les mesures prises pour lutter contre l’épidémie. Et je vois deux éléments importants pour préserver notre économie.

  1. Aujourd’hui, nous devons envisager une crise profonde, qui va durer longtemps. Nous devrons préserver le tissu économique du pays, mais nous devons aussi ménager nos ressources, sans quoi une génération à venir devra supporter notre dette. Cela veut dire que l’Etat ne s’engagera pas partout. Il est indispensable que les acteurs économiques prennent leurs responsabilités partout où ils le peuvent.

  2. Il faut pouvoir travailler partout où cela est possible pour maintenir l’activité économique au maximum. En respectant strictement les prescriptions de santé, surtout dans les secteurs qui seront réouverts peu à peu. Nous ne pouvons pas nous permettre de nouveaux foyers d’infection. Chaque prolongation des mesures peut coûter très cher aux entreprises, aux employés, au pays, donc à nous tous. Il faudra être particulièrement prudent au moment où nous passeront aux étapes suivantes pour éviter cela.»

Le Conseil fédéral a décidé d’élargir le cercle des ayant-droit au chômage partiel aux travailleurs sur appel dont le taux d’emploi est supérieur à 20% et qui occupent leur poste depuis au moins six mois. Cela permettra à 200’000 personnes supplémentaires de bénéficier de ces aides.

Les employés mis au chômage partiel (RHT) pourront exercer une activité provisoire dans un autre secteur que le leur, notamment en santé, logistique et agriculture. Les revenus d’occupation provisoire ne seront pas déduits des RHT.

De plus, le Conseil fédéral a décidé de supprimer provisoirement les droits de douanes sur le matériel médical pour faciliter et accélérer les importations.

Différentes solutions sont également envisagées pour soutenir les start-up du pays. Guy Parmelin:

«Il nous faut aussi préserver l’économie du futur.»