Reservé aux abonnés

Se caler sur le cycle menstruel pour maximiser les performances

L'athlète Mujinga Kambundji à l'entraînement l Keystone / Peter Schneider

Elles ont remporté 10 des 15 médailles suisses aux Jeux olympiques de Pékin cet hiver, elles étaient cinq à pédaler fin juillet sur le Tour de France et elles n’ont pas démérité durant l’Euro de football le mois passé. Les athlètes féminines suisses sont sur le devant de la scène, mais il reste un domaine dont on parle encore trop peu: l’impact des menstruations dans la vie des sportives. Dans le sport d’élite, où chaque détail compte pour maximiser les performances, certaines d’entre elles ont décidé qu’il était temps de mieux tenir compte de cette variable constitutive du corps de la femme. Au même rythme que les tabous sont brisés, une solution se dessine: l’entraînement adapté au cycle menstruel.

Coach, entre autres, de Mujinga et Ditaji Kambundji ainsi que du relai 4x100m féminin et formateur des entraîneurs à l’Office fédéral du sport à Macolin, Adrien Rothenbühler insiste:

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous