A Wuhan, les urnes funéraires sèment le doute sur le nombre réel de victimes du coronavirus

Alors que Wuhan sort de son confinement, la ville va devoir compter ses morts. | Keystone / EPA / Roman Pilipey

Les habitants de Wuhan, en Chine, ont le droit d’aller récupérer les cendres de leurs proches, victimes de Covid-19, depuis le 23 mars. De nombreux médias chinois et internationaux se font l’écho de cet événement, dont le Time le 27 mars et Le Monde le 30 mars. Le dissident chinois Lu Haitao a fait, pour sa part, un rapide calcul: il estime à 45’500 le nombre d’urnes funéraires qui devraient être distribuées ces prochaines semaines dans la ville de plus de 11 millions d’habitants.

Pourquoi ça pose question. Le bilan officiel des autorités chinoises fait état de 3298 décès dans tout le pays, dont 3186 dans la province du Hubei et 2535 à Wuhan. La distribution des cendres aux familles génère des files d’attente importante, de plus de 200 mètres dans certains cas, devant les différents centres de pompes funèbres locales dédiés à cette tâche. Plus de 3500 urnes ont été livrées dans un centre funéraire de Wuhan, qui en compte sept, eux aussi destinataires de milliers d’urnes.

Les calculs. Sur AsiaNews.it, le dissident politique Lu Haitao, qui porte un prénom et un nom d’emprunt et fait partie des observateurs chinois collaborant pour France 24, estime que 45’500 urnes funéraires seront distribuées en douze jours. Voici son raisonnement:

«Le salon funéraire de Wuchang prévoit d'en distribuer 500 par jour, jusqu'à Qing Ming (journée nationale de nettoyage des tombes en Chine, célébré le 4 avril, ndlr). Cela représente environ 6500 urnes pendant toute cette période.

Wuhan compte sept salons funéraires: si l'on calcule que chacun d'entre eux distribuera des urnes au même rythme que celui de Wuchang, cela donne un total estimé à 45’500 urnes pour la seule ville de Wuhan.»

En prenant en compte les seules livraisons d’urnes dans un des centres de la ville: plus de 2500 unités ont été apportées par camion mercredi et jeudi 25 et 26 mars, avec 3500 urnes entreposées à l’intérieur du salon funéraire.

Strictement encadrées par des agents de sécurité et des policiers en civil, ces distributions sont difficiles à vérifier, mais quelques photos prises devant le salon funéraire de Hankow (quartier de Wuhan) sont tout de même visibles sur le site du média chinois Caixin.

Cause des décès. Toutes les personnes décédées durant l’épidémie ne sont pas mortes des suites de Covid-19. Mais au plus fort de l’épidémie dans la ville, des décès survenus à domicile n’ont pas été pris en compte par les autorités, alors que les patients présentaient des symptômes de la maladie. D’un autre côté, il n’est pas non plus surprenant que les habitants doivent récupérer plusieurs milliers d’urnes depuis le 23 mars, puisqu’ils ne pouvaient pas le faire durant la quarantaine. Reste que la différence importante entre le nombre de décès attribués officiellement à Covid-19 et le nombre d’urnes distribuées aux proches pose question.