| | Analyse

A quels critères se fier pour en finir avec le certificat Covid

Un message informe que le certificat COVID est obligatoire pour rentrer dans le centre culturel La Maison des Arts du Grutli a Geneve, ce lundi, 13 septembre 2021. | Keystone / Pierre Albouy

Le sujet est sensible, hypersensible même. Bien accepté par certains, rejeté avec véhémence par d’autres, le certificat Covid divise. Son extension à la vie quotidienne depuis le 13 septembre a été limitée dans le temps, jusqu’au 24 janvier 2022. Mesure qui pourrait être levée plus tôt en fonction de la situation sanitaire. Alors que ladite situation évolue positivement depuis plus d’une semaine, aucun critère mesurable permettant de se passer de ce sésame n’a été défini par les autorités sanitaires. Nous sommes donc suspendus au bon vouloir des autorités.

Pourquoi on en parle. Introduire une nouvelle restriction pour lutter contre l’épidémie nécessite aussi d’élaborer une stratégie permettant de s’en passer. Cela n’a pas été fait dans le cadre de l’extension du certificat Covid présentée le 8 septembre. La Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du National (CSSS-N) a donc demandé mercredi 22 septembre au Conseil fédéral de «définir des critères mesurables à la levée de l’obligation de présenter un certificat Covid». Les membres de la commission, l’épidémiologiste Antoine Flahault et l’OFSP ne sont pas d’accord sur les critères à appliquer. On fait le point.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.