Un homme d’affaires malgache veut donner ses lettres de noblesse à la médecine traditionnelle de l'île

L'île de Madagascar se caractérise par une flore particulièrement riche, et 80 % des plantes locales n'existent pas ailleurs. | Flickr / Frank Vassen

Dans sa clinique d'Antsakaviro, dans la capitale de Madagascar, Jean-Claude Ratsimivony emploie des chercheurs pour élever la pharmacopée malgache au même rang que les médecines traditionnelles chinoise et indienne. L’entrepreneur, fondateur d’une société de vente de produits phytothérapeutiques, souhaite s’appuyer sur la riche biodiversité de l’île, où 80% des plantes sont endémiques, pour développer une médecine intégrative. Son portrait est signé Jeune Afrique.

Pourquoi il ne fait pas consensus.
Formé par des guérisseurs malgaches, titulaire d’un doctorat en psychologie français et de diplômes en naturopathie et homéopathie suisses, l’homme a les moyens de ses ambitions. Qui ne sont pas minces: propriétaire de sa clinique à Antananarivo, il prévoit d’ouvrir quatre autres centres sur l’île. Une entreprise qui interroge médecins généralistes et hospitaliers malgaches, circonspects sur la place à accorder à cette médecine d’inspiration traditionnelle.

link

A lire dans Jeune Afrique