| | News

A Lausanne, un millier de soignants dans la rue pour exiger «du respect»

Dans les rues de Lausanne ce mercredi 23 juin. | Heidi.news / Sami Zeibi

Elle a presque réussi à aller au bout de son discours. Augusta, aide-soignante en médecine interne, léger accent exotique et cheveux de jade, s’est fait violence pour prendre le micro, s’avancer au milieu de la foule, des drapeaux syndicaux, et raconter «la charge de travail de plus en plus grande et les conditions de pire en pire». Mais au moment de narrer sa propre hospitalisation Covid, lors de laquelle elle a  «failli mourir» et pu constater depuis l’autre côté la «prise en charge de mauvaise qualité», alors seulement la voix d’Augusta s’est brisée, tandis qu’une collègue venait la soutenir et une autre reprendre le micro.

Pourquoi on en parle. Cet instant d’émotion pure, salué par le petit millier de manifestants présents devant le CHUV mercredi en fin de journée, condense le ressenti d’une profession qui se sent plus dévalorisée que jamais, tandis que les applaudissements au balcon se sont estompés depuis longtemps et que le Conseil d’Etat vaudois refuse d’entrer en matière devant les revendications des syndicats. «On ne demande pas la lune, juste du respect», dit avec candeur la pancarte d’Augusta.

Cet article est réservé aux abonnés.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!