| | Idées

Whatsapp: qui sème les données récolte la méfiance

Leila Delarive

Leila Delarive est docteur en droit et tech-entrepreneure. Elle a co-fondé Amplify, une plateforme dont la mission est de démocratiser la publicité digitale pour la rendre accessible aux TPE. Elle est aussi fondatrice et présidente de l’Empowerment Foundation, qui oeuvre pour une bonne gouvernance du digital et le libre-arbitre de l’individu face à la technologie.

Tracker ses utilisateurs est légion sur le web.

Un site web peut aller chercher des ressources telles que des images et des scripts sur d'autres domaines que le sien. Appellé «cross-origin» ou «cross-site loading» - le chargement croisé ou intersite, c'est ce qui fait la force du web. Toutefois, cette fonctionnalité permet également de suivre les utilisateurs d'un site à l'autre. Les fameux cookies stockés dans le navigateur de l’utilisateur permet le «cross-site tracking» et fournit des informations sur les comportements de l’utilisateur à travers la toile pour le propriétaire du cookie.

De très nombreux sites utilisent des cookies; ils doivent l’annoncer et permettre à l’utilisateur d’accepter et de choisir le type de cookie qu’il veut autoriser.

Souriez, vous êtes surveillés!

Qu’en est-il des réseaux sociaux?

Aujourd’hui, nul n’est censé ignorer que sur Facebook, lorsqu’il like tel groupe, suit telle personnalité, regarde telle photo, visite tel site internet, ou s’est rendu à tel endroit, il fournit des informations précises pour mieux dévoiler son identité numérique. Notre comportement en ligne permet de savoir qui nous sommes, ce que nous aimons. Avec pour corollaire de la publicité ciblée selon nos goûts.

Si le système de Facebook est si efficace, c’est qu’il est maître dans la collecte et le tri des metadata – soit les données valables extraites de toutes les données récoltées. Ces metadata permettent une analyse encore plus fine ; qui nous sommes, à qui nous écrivons, quand, et à quelle fréquence. A qui nos destinataires écrivent, et ainsi de suite.

Mettre la main sur ces metadata, c’est la ruée vers l’or.

Facebook a acquis Whatsapp en 2014. Cette acquisition lui a assuré les metadata de tous les utilisateurs de cette app de communication. Pour mieux les scruter.

En août 2016, Whatsapp a mis à jour sa politique de confidentialité, annonçant notamment l’échange d’informations sur ses utilisateurs et leurs metadata avec Facebook. En revanche, Whatsapp assurant l’encryption de bout en bout des communications : les messages, les photos et tout autre contenu échangé entre les utilisateurs n’est pas révélé. Whatsapp et Facebook n’ont pas accès au contenu des communications des utilisateurs. Mais Whatsapp collecte toutes les autres informations comme le numéro de téléphone, la façon d’utiliser l’app, la durée d’utilisation, et l’interaction avec les autres utilisateurs.

Dans quel but collecter toutes ces données?

De nombreux annonceurs utilisent Facebook pour atteindre de façon ultra ciblée leurs clients potentiels en faisant de la publicité sur ses canaux.

Pourquoi la publicité sur Facebook est-elle redoutablement efficace? Parce qu’elle exploite les données de ses utilisateurs, en les trackant non seulement lorsqu’ils évoluent sur Facebook, Instagram et Whatsapp (apps rachetées par Facebook), mais aussi lorsqu’ils évoluent en dehors du réseau, en accédant à leur localisation, leur email, et toute sorte d’autres informations qui offrent une analyse fine du comportement des utilisateurs.

Facebook est aujourd’hui l’un des réseaux de distribution les plus performants en terme de publicité ciblée, avec une stratégie de données efficace, pourtant tant décriée.

**A force de jouer avec le feu, \

on finit par se brûler les doigts**

Les utilisateurs de Whatsapp ont vu apparaître cette semaine une fenêtre les informant qu’ils avaient jusqu’au 8 février prochain pour accepter ses nouvelles conditions d’utilisation et de confidentialité pour pouvoir continuer à utiliser l’app.

Alors que les changements annoncés n’apportent rien de fondamentalement nouveau, ils ont suscité l’émoi auprès de nombreux utilisateurs, qui ont décidé de cesser d’utiliser Whatsapp pour tenter d’autres apps plus dignes de confiance.

La morale de l’histoire?

Facebook souffre d’un déficit de confiance de plus en plus important auprès des utilisateurs. L’obsession de créer un outil publicitaire des plus puissants pour atteindre des objectifs financiers ambitieux finira par coûter très cher au réseau social le plus puissant du monde.

Car d’autres plateformes ne font pas beaucoup mieux en terme d’invasion de la sphère privée. Et celles-là passent (encore) inaperçus aux yeux du public.

Chien échaudé…

Nous ne sommes pas victimes de ces plateformes. Nous sommes mêmes coupables. Consommer gratuitement des services – réseaux sociaux, messagerie, outils de communication, a nécessairement un coût. Et ce coût, c’est nous, nos données, par lesquelles nous ouvrons tout grand l’antre de notre intimité, nous dévoilons qui nous sommes et nous permettons à des forces malintentionnées de nous manipuler.

Choisir une autre app que Whatsapp, si elle est gratuite, ne nous mettra pas à l’abri.

Pour rester maître de sa vie, de ses choix, il faut accepter de payer pour des services qui garantissent le respect de la vie privée. C’est bien là la clé pour rester maître face à la technologie.

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi