| | Analyse

Une décennie en or s’ouvre pour les start-up environnementales

Les cleantechs suisses se développent dans des niches high-tech comme Agrofly dans l'agriculture de précision./Agrofly

La troisième édition du Cleantech Report, réalisé par l’association CleantechAlps, montre une forte progression des investissements dans les start-up suisses développant des technologies liées à la protection de l’environnement. Alors qu’entre 2006 et 2016, ces investissements atteignaient une moyenne de 20 millions par an, ils ont été multipliés par un facteur 10 entre 2016 et 2019 pour atteindre 395 millions cette année-là. Un niveau que l’on devrait retrouver en 2020, en dépit de la crise du Covid et qui va encore accélérer avec l’adoption de cadres juridiques contraignants pour atteindre les objectifs de décarbonisation.

Pourquoi c’est crédible. Après le choc de Fukushima en 2011 puis la loi sur l’énergie en 2017, la loi sur le CO2 adoptée par la Suisse en septembre dernier devrait, sous réserve de référendum, ouvrir un boulevard aux entreprises du secteur cleantech. D’autant qu’avec le retour des États-Unis dans l’accord de Paris sous Biden ou l’adoption d’un Green new deal de 1000 milliards d’euros par l’Union Européenne, leurs principaux marché (23% et 43% respectivement) à l’export ont besoin de nouvelles solutions techniques en plus des mesures de réductions ou de compensations des émissions de CO2.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi