| | Enquête

L’Europe et la Suisse pourraient revenir sur le moratoire OGM

Le japon a approuvé en décembre dernier les premières tomates enrichies en un acide aminé produites par gene editing./Sanatech Seed

Le très attendu rapport de de la Commission européenne sur les nouvelles technologies d’édition du génome, comme CRISPR-Cas9, a été rendu public le 29 avril. Il fait suite à un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne de juillet 2018 imposant à ces techniques les mêmes règles que pour les OGM de première génération. Soit un moratoire en interdisant l’utilisation dans de nombreux pays, dont la Suisse qui suit l’UE sur ce sujet. En indiquant que la loi OGM n’est plus adaptée à ces nouvelles technologies, l’Europe ouvre-t-elle la voie à une révision que la Suisse pourrait suivre? Heidi.news a posé la question à des experts.

Pourquoi c’est chaud bouillant. Un peu comme le nucléaire, les OGM sont considérés comme un marqueur, en particulier par les écologistes qui ont obtenu leur interdiction temporaire au début des années 2000 dans la plupart des nations d’Europe. Depuis, de nouvelles technologies plus précises de ciseaux génétiques sont apparues qui trouvent déjà un usage agricole dans de nombreux pays. La révision de cette réglementation est cependant une patate chaude politique. Et aussi scientifique?

Cet article est réservé aux abonnés.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi