| | News

Une start-up suisse alimente les objets connectés avec la chaleur de la peau

Les fondateurs de Mithras Moritz Thielen (à g.) et Franco Membrini / Mithras Technology

Spin-off de l'École Polytechnique de Zurich et basé à Landquart (GR), Mithras Technology a développé une technologie miniaturisée pour tirer de l’énergie de la différence entre la chaleur du corps humain et celle de l’air ambiant. Avec pour objectif de charger des appareils portables telles que des montres connectées. L’entreprise vient de lever ses premiers fonds pour transformer ses preuves de concept en prototypes prêts à la commercialisation.

Pourquoi c’est prometteur. Depuis l’invention du quartz dans les années 60, l’électronique en Suisse s’est spécialisée dans la basse tension. Des «harvesters», des dispositifs capables de récolter de petite quantité d’électricité de la lumière ou de vibrations, sont régulièrement développés pour les capteurs sans fil de l’internet des objets. Les progrès de ses générateurs thermoélectriques permettent à Mithras d’alimenter des objets plus gourmands, comme des aides auditives et d’autres dispositifs médicaux, ainsi que des bracelets et des montres connectées.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.