| | News

Une start-up de Neuchâtel attire l'investisseur phare de Twitter

L'équipe de Nym vient de passer de huit à trente personnes. | Nym Technoogies

C’est un coup fumant que vient de réussir la start-up neuchâteloise Nym Technologies. Spécialiste de la protection des données, la jeune pousse vient de lever 13 millions à l’occasion d’un tour de financement mené par l’un des principaux leaders du capital-risque dans la Silicon Valley, Andreesen Horowitz. Co-fondée par les inventeurs du premier navigateur web Netscape, Andreesen Horowitz s’est distinguée par ses succès dans le logiciel en finançant à leurs débuts Twitter et Linkedin. Au-delà des fonds investis, son intérêt pour Nym — que la lanceuse d’alerte Chelsea Manning a récemment rejoint — est de bon augure alors que l’entreprise s’apprête à commercialiser sa technologie dans un monde où la protection des données numériques passe au premier plan.

Pourquoi c’est bien joué. Les investissements des grandes firmes américaines de capital-risque dans les jeunes pousses suisses du numérique sont rarissimes. En utilisant des technologies de cryptographie et de décentralisation de la blockchain plutôt que des boîtes pop-up de consentement, Nym permet d’anonymiser automatiquement le trafic envoyé par ou à toute application. Cela rend impossible de savoir quand ou même si un utilisateur accède à une application particulière.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.