| | News

Une fintech genevoise invente le paiement du «monde d’après»

La start-up veut reverser 33% de ses commissions à des projets sociaux et environnementaux./Retreeb

Fondée en avril 2019, la start-up genevoise Retreeb vient de lever 1,5 millions de francs auprès d’investisseurs privés. Cette fintech développe une application de paiement avec des frais transactions en dessous de ceux du marché et surtout en reversera le tiers à des projets sociaux ou éthiques choisis par sa communauté. Elle contourne aussi les réseaux classiques des banques et des grands opérateurs de carte bancaire dont les investissements ne sont pas forcément éthiques. Elle prépare une émission de jetons (ICO) d’ici quelques semaines, dès que l’autorité de suisse de la finance (FINMA) lui aura donné son agrément.

Pourquoi c’est original. Achetez un produit bio ou socialement responsable, compenser les émissions carbones d’un transport… les consommateurs qui souhaitent respecter une forme d’éthique au travers de leur dépenses doivent utiliser les services bancaires existants. Or ceux-ci peuvent investir par ailleurs dans des énergies fossiles, les fabricants de pesticides ou d’autres entreprises en contradiction avec leurs valeurs. Retreeb s’appuie sur les technologies venues de crypto-monnaies non pas pour créer un moyen de spéculer, comme le Bitcoin, mais pour effectuer des paiements en adéquation avec ces valeurs.

Cet article est réservé aux abonnés.