Reservé aux abonnés

Un plan pour une économie de l’hydrogène vert en Suisse

Spin-off de l’EPFL et de la HEIG-VD, Inergio développe des piles à combustible à oxyde solide | Inergio

Contrairement à ses voisins européens et en dépit de ses engagements climatiques, la Suisse n’a pas défini de stratégie hydrogène vert sur son territoire. Elle y réfléchit cependant actuellement. Dans ce cadre, l’association CleantechAlps, en partenariat avec le canton de Vaud et son agence de l’innovation Innovaud, publie une étude sur le potentiel de ce vecteur d’énergie dans le cadre de la transition énergétique. Outre la richesse surprenante des acteurs de l’hydrogène dans le pays, ce rapport souligne le potentiel de l’hydrogène vert pour stocker l’électricité renouvelable en Suisse. Alors que jusqu’ici le pays s’orientait plutôt vers des applications de l’hydrogène dans les transports lourds comme les camions.

Pourquoi c’est important. Jusqu’à présent la Suisse a envisagé l’utilisation de l’hydrogène vert dans sa stratégie «Zéro émission nette» pour 2050 essentiellement pour sa contribution au transport, notamment grâce à une production liée aux centrales hydrauliques. Le remplacement du nucléaire et des énergies fossiles et l’augmentation de la consommation électrique anticipée avec la mobilité électrique et le chauffage par pompes à chaleur reposent pour l’essentiel sur le déploiement du renouvelable comme le photovoltaïque et l’éolien. Ces sources d’électricité étant par nature intermittentes et déstabilisantes pour les réseaux électriques, l’hydrogène vert apparait comme une solution pour les stocker.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous