Twitter racheté par Elon Musk, à quoi faut-il s'attendre?

Image d'illustration. | EPA via Keystone / Andrej Cukic

Elon Musk a réussi son offensive. Le patron de Tesla a acquis Twitter pour environ 44 milliards de dollars, alors même que le réseau social avait dans un premier temps considéré l’offre du milliardaire d’un mauvais œil. La vente, à 54,20 dollars par action, représente une prime de 38% par rapport au cours du mois d’avril.

Ce que ça va changer. Dans un communiqué, cité par le New York Times, Elon Musk affirme que «la liberté d’expression est le fondement d’une démocratie qui fonctionne, et Twitter est la place publique numérique où sont débattues des questions vitales pour l’avenir de l’humanité». Selon lui, le réseau social a un «potentiel énorme».

Le milliardaire n’a pas caché ces dernières semaines son intention de modifier en profondeur le fonctionnement de Twitter. Il pourrait ainsi favoriser des mesures allant vers davantage de liberté d’expression sur la plateforme — alors même que le réseau social était déjà pointé du doigt pour son manque de modération des contenus. Elon Musk estime en effet que Twitter aurait mené jusqu’ici une politique défavorable aux convictions politiques conservatrices.

Après des mois de controverses sur la manière dont l’ancien président américain Donald Trump utilisait Twitter pour diffuser de fausses informations, le réseau social avait finalement supprimé son compte après les émeutes du Capitol, le 6 janvier 2021. Ce n’est sans doute pas un hasard si, comme le relève le New York Times, les élus républicains ont applaudi le rachat de Twitter par Elon Musk.

Crédibilité économique. Depuis plusieurs années, Twitter est confronté à un autre défi, essentiel pour sa survie: démontrer sa capacité à générer des revenus. La plateforme n’a pas engrangé de bénéfices durant huit des dix dernières années. L’an dernier, elle a même perdu 493 millions de dollars, pour un chiffre d’affaires de 5,57 milliards de dollars.

La publicité, principale source de monétisation de Twitter, n’a pas permis d’apporter de la stabilité dans son modèle d’affaire. Le patron de Tesla souhaiterait ainsi réduire la dépendance de la plateforme vis-à-vis de la publicité et élargir son offre payante, indique Le Monde. Elon Musk a également fait part de son intention de faire la chasse aux faux comptes ainsi que de rendre public les algorithmes de Twitter.

Des employés plongés dans l’incertitude. Du côté des employés, la nouvelle suscite des inquiétudes, souligne le New York Times. La volonté d’Elon Musk de supprimer la modération des contenus pourrait avoir de lourdes conséquences sur l’avenir de la plateforme. Depuis deux semaines, alors qu’Elon Musk était devenu le principal actionnaire de Twitter, les employés ont tenté d’éclaircir ce que cela pourrait signifier pour l’entreprise. Mais leurs questions, également adressées directement à Elon Musk via Twitter, sont restées lettres mortes.

A un employé qui l’interrogeait afin de savoir si l’ancien président américain Donald Trump pourrait réintégrer la plateforme, le directeur, Parag Agrawal, a rétorqué que Twitter faisait «constamment évoluer sa politique» et qu’une fois l’accord conclu, «nous ignorons quelle direction prendra cette entreprise». Une réponse qui ne va pas rassurer celles et ceux qui voient dans cette opération un sombre présage pour Twitter, qui compte plus de 200 millions d’utilisateurs, dont 80 millions sont abonnés… à Elon Musk.

link

A lire sur le New York Times