Reservé aux abonnés

Télétravail et apps de traçage ont renforcé le sentiment de surveillance numérique

A l’occasion de la journée européenne sur la protection des données, le 28 janvier, l’entreprise de cybersécurité valaisanne Ubcom a fait réaliser par la société YouGov un sondage sur le sentiment des Suisses vis-à-vis de la protection de leurs données numériques. Il en ressort que les Helvètes sont très conscients de la valeur de leurs données et entretiennent la plus grande méfiance à l’endroit des institutions qui les collectent. Seuls 39% font confiance à la Confédération sur cette question, chiffre qui tombe à 28% pour les organismes de santé et même 5% pour les banques.

Pourquoi c’est instructif. L’ubérisation des métiers, l’accélération du télétravail et de la santé numérique avec les applications de traçage et autres QR codes sanitaires pendant la pandémie ne se sont pas accompagnés de mesures destinées à mieux protéger les données personnelles. Au contraire, entre un appel d’offre destiné à placer une partie des données de la Confédération sur les clouds d’opérateurs américains et chinois et l’intensification des cas de vols de données, les Suisses ont un sentiment élevé d’être surveillés. Quatre répondants sur cinq se sentent observés au travers de leurs pratiques numériques à des fins de renseignement ou de publicité. Un sentiment nettement plus élevé que dans le reste de l’Europe.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous