Reservé aux abonnés

Restaurateurs et hôteliers expriment leur détresse face à la deuxième vague

Keystone / Jean-Christophe Bott

A l’exception des clubs et du tourisme d’affaires, les membres de GastroSuisse, la fédération nationale de l’hôtellerie et de la restauration, étaient optimistes en juillet. Un sondage réalisé auprès de plus de 2000 établissements montre qu’ils tablaient alors sur une nette reprise de l’activité au second semestre. Depuis quelques semaines, la deuxième vague a douché ces espoirs et la faîtière est montée au front, ce mardi 27 octobre lors d’une conférence de presse, pour détailler les mesures qui doivent être prises afin d’éviter la catastrophe.

Pourquoi on en parle. Les mesures sanitaires, prises en ordre dispersé par les cantons, frappent vivement le secteur, alors que de nouvelles décisions doivent être annoncées mercredi par le Conseil fédéral. Tout en conservant la possibilité d’exploiter leur établissement, cafetiers, restaurateurs et hôteliers assistent à une chute drastique de la fréquentation. Ces derniers jours, la recommandation du télétravail par le Conseil fédéral a précipité la baisse des revenus. Et tout indique que les fêtes de fin d’année et vacances de Noël n’apporteront pas les recettes escomptées.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous