Reservé aux abonnés

Quand la technologie permet de tracer les femmes qui ont avorté

Exemple d'une application destinée au suivi des règles et à l'optimisation de la fertilité. Il s'agit de l'application Mia Fem. | Mia Fem

Alors que les Etats américains sont à nouveau libres de décider s’ils autorisent ou non l’avortement, l’usage qui peut être fait des applications destinées aux femmes soulèvent de vives craintes. Grâce aux données qu’elles recueillent, ces apps pourraient servir à identifier les femmes qui ont eu recours à une interruption volontaire de grossesse ou qui en auraient l’intention, voire à les criminaliser.

De quoi on parle. La santé des femmes est un marché en plein essor dans l’industrie technologique. On y trouve différentes catégories:

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous