| | Analyse

Pourquoi la loi sur l'identité numérique divise autant

CHRISTIAN BEUTLER/KEYSTONE

Le 7 mars prochain, les Suisses seront appelés à se prononcer sur un référendum contre la loi sur l’identité électronique — ou e-ID. Celle-ci doit permettre l’identification en ligne des citoyens suisses pour toutes sortes de services publics ou privés: des échanges avec l’administration à ceux avec leurs banques ou assureurs, en passant par les achats en ligne. De la gauche à la droite, une opposition parfois vive s’est manifestée contre le texte de loi, qui s’est concrétisée à travers ce référendum. Quels sont les points de friction?

Pourquoi c’est controversé. Cette loi prévoit la possibilité de déléguer à un consortium d’entreprises la fourniture d’une telle identification… cantonnant la Confédération à un rôle de surveillance. Pour certains, ce n’est pas assez: l’identité relèverait des tâches qui incombent à l’Etat, lequel devrait s’impliquer davantage afin de combler le retard pris en matière de politique numérique. Se pose alors un choix cornélien: faut-il reculer pour mieux sauter — ou y aller maintenant pour ne pas prendre le risque de rater le coche?

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.