| | News

Payer une rançon sans être blacklisté: le casse-tête des entreprises piratées

Image d'illustration | Keystone / str

Les craintes grandissent en Suisse alors que sont régulièrement rapportés des cas de cyberattaques. Souvent, les criminels réclament une rançon en cryptomonnaie, par exemple pour rendre à la victime les données piratées. Il n’est toutefois pas si facile de payer une rançon en bitcoins et autre monero.

Pourquoi c’est important. Les cyberattaques par rançongiciel ne sont pas seulement plus fréquentes, elles sont aussi de plus en plus coûteuses. Selon un récent rapport de l’assureur Allianz, les rançongiciels sont devenus un véritable business. La majorité des attaques ne sont pas spécifiquement ciblées ni spécialement sophistiquées, mais elles peuvent engendrer de véritables problèmes pour les entreprises ou institutions qui en sont victimes. L’augmentation du nombre d’acteurs dans le cybercrime va de pair avec une hausse des demandes de rançon.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.