Mille et un savons artisanaux pour rêver d’ailleurs pendant les fêtes

L'un des nombreux coffrets cadeaux que propose la boutique. | Savonnerie de la Cité

Fêtes de fin d'année: dans le cadre de notre opération Le monde d’après ne doit pas être celui d’Amazon, nous vous présentons chaque jour du calendrier de l’Avent une idée de proximité pour vos achats de Noël émise par nos lecteurs.

Au 15 rue des Grottes à Genève, ça fleure bon l’huile de rose musquée et de baies de laurier. Dans la chaleureuse arcade de la Savonnerie de la Cité, les savons artisanaux de Myriam Vouillamoz Galland invitent au voyage. Au fil des étagères en bois, les savons, coffrets cadeaux et accessoires de bain attirent irrésistiblement le regard, mis en valeur par des emballages raffinés composés de papier japonais - chiyogami et katazome - et népalais - lokta. Les produit sont biodégradables, sans huile de palme et issus du commerce équitable. Les savons sont confectionnés au sein d’un atelier en arrière-boutique et selon un procédé de fabrication écologique. «Ce qui me motive c’est l’amour de la matière, créer quelque chose de mes mains» se réjouit Myriam Vouillamoz Galland, fondatrice et propriétaire de la savonnerie.

Pourquoi elle mérite d’être connue. L’histoire de la Savonnerie de la Cité est belle. L’entreprise lancée en 2015 est le fruit de la reconversion professionnelle de Myriam Vouillamoz Galland, successivement spécialiste en sinologie, travailleuse sociale, puis entrepreneuse. «Quand je sens que je ne suis plus passionnée par ce que je fais, je change. Désormais, je serai occupée jusqu’à la fin de mes jours. Etre entrepreneuse est un sacré défi», confie la Valaisanne d’origine.

Après une formation à Payerne, des mois de développement et quelques recrutements, son pari a réussi. Le concept plaît et est appelé à grandir. Des savons liquides et proposés en vrac devraient bientôt voir le jour.

Les coups de cœur. Les produits favoris de Myriam Vouillamoz Galland sont le savon du hamam composé d’ingrédients originaires du Moyen-Orient «qui me font rêver» et le savon «Belles dames», aux senteurs de géranium, graissé à l’huile de rose musquée et à l’huile de ricin.

Y faire un tour. Durant la fermeture de l’arcade en mars, une boutique en ligne a été créée. Il est possible de commander sur internet et de passer chercher le produit sur place pour éviter l’attente (seules deux personnes sont autorisées dans le magasin simultanément) ou de le recevoir par la poste. A noter que la boutique propose des soldes jusqu’au samedi 12 décembre. 

Savonnerie_de_la_cite_vitrine_Noel_2020_0.jpg

link

La Savonnerie de la Cité