Reservé aux abonnés

«Même la Suisse n’échappera pas à la gentrification climatique»

Rendu résilient au changement climatique, le quartier populaire de St KJeld à Copenhague a vu ses prix s’envoler avec l’arrivée d’une population plus aisée./Tredje Natur

Selon nouvelle une analyse de Pro Publica, le réchauffement climatique va complétement modifier la répartition territoriale de la population des Etats-Unis d’ici 2070. A la clé, des températures de plus de 35 °C en moyenne pendant six mois de l’année dans le sud des États-Unis. Professeur à la Graduate School of Design de l’Université d’Harvard, Jesse Keenan enseigne et mène des recherches sur l’urbanisme et l’adaptation climatique. En 2018, son étude des dynamiques immobilières en cours à Miami l’a amené à s’intéresser à une forme nouvelle d’embourgeoisement des espaces les mieux protégés de l’influence du changement climatique: la gentrification climatique. Interview.

Climat et habitat. Selon une étude de chercheurs américains, britanniques et danois, les populations humaines se concentrent historiquement dans des niches où la température annuelle est en moyenne de 13 degrés. Selon eux, entre un et trois milliards de personnes vont se trouver dans les années à venir en dehors de ces conditions climatiques, créant de nouvelles formes d’inégalités.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous