Reservé aux abonnés

Lockbit 2.0 affirme avoir piraté le ministère français de la justice

Le ministère français de la justice aurait été piraté par le groupe de rançongiciel Lockbit 2.0. Plusieurs journalistes ont relayé l’affirmation des cybercriminels sur Twitter en début d’après-midi, ce jeudi 27 janvier. Contactées par Heidi.news, les autorités françaises ont répondu: «Le ministère de la justice a pris connaissance de l’alerte, et s’est immédiatement organisé pour procéder aux vérifications nécessaires, en lien avec les services compétents dans ce domaine.»

Pourquoi le ministère reste prudent. La communication est donc prudente. Ni confirmation ni infirmation. Sur Twitter, le journaliste Emile Marzolf a affirmé vers 15h45 avoir obtenu confirmation du piratage auprès d’une source interne au ministère. Vers 16h30, il a précisé sur le réseau social:

«Vraiment pas de nouvelles infos sur l'ampleur de l'attaque. C'est en tout cas pris au sérieux et en cours d'analyse pour voir ce qui a effectivement (ou non) été subtilisé.»

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous