| | Analyse

Les robots agricoles promettent un quotidien moins pénible aux agriculteurs

Pour l'instant, les robots les plus répandus dans les fermes sont ceux qui s'occupent de la traite et de l'alimentation du bétail. | Keystone / Urs Flueeler

Ils arrachent les mauvaises herbes, cueillent des fruits ou nourrissent les bêtes: dans le sillage du robot de traite, les nouveaux automates promettent aux agriculteurs un quotidien moins pénible. En pratique, ils sont encore peu nombreux dans les fermes, et se heurtent à des enjeux forts comme la gestion des données.

Pourquoi on en parle. Au printemps 2020, la fermeture des frontières a handicapé de nombreux secteurs, dont l’agriculture. Le Centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII) publiait alors un Policy brief intitulé «Après le Covid-19, est-ce que les travailleurs agricoles saisonniers migrants en Europe seront remplacés par les robots?», concluant que:

«Le Covid-19 est un choc important pour l’agriculture européenne, qui révèle le rôle fondamental des travailleurs migrants saisonniers pour de nombreux produits agricoles.»

C’est aussi le cas en Suisse, selon Thomas Anken, de l’Agroscope:

«Les agriculteurs ont beaucoup de peine à trouver de la main-d’œuvre, les salaires horaires sont bas et c’est un travail pénible, c’est pour ça que les grandes exploitations bio travaillent beaucoup avec des personnes qui viennent de l’étranger pour la saison.»

Cet article est réservé aux abonnés.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!