| | News

Pourquoi les faits ne suffisent à convaincre les anti 5G

Le débat sur la 5G fait rage en Suisse. D'après les chercheurs, la perception du risque par la population joue un rôle primordial dans le débat. | Unsplash/Yura Fresh

Cet article a été publié une première fois en allemand par notre partenaire éditorial Higgs.ch.

De nombreuses personnes sont sceptiques à l'égard de la nouvelle norme de communication mobile 5G: 65%, selon une récente étude de l’Université de Bâle. Mais cela n’est pas dû à l’absence faits convaincants. C’est plutôt le manque de confiance dans les autorités qui sape l'acceptation de la 5G.

Pourquoi c’est important. L’introduction en Suisse du nouveau standard de téléphonie 5G a provoqué un débat tendu. Ses partisans voient l'avenir du transfert de données mobiles dans l'expansion du réseau 5G. Ses détracteurs répliquent par des risques présumés pour la santé. Deux fronts opposés se font face et la discussion est fortement polarisée.

D’après le psychologue Renato Frey de l’Université de Bâle, la perception du risque dans la population joue un rôle important pour structurer le débat. D’après l’étude qu’il a publiée dans la revue Psychological Science, la 5G a introduit un abîme entre deux fronts. Il donne quelques conseils pour combler ce grand fossé. Et plus d’information n’est pas forcément la solution.

L’étude. Pour évaluer la perception du risque parmi la population, près de 3000 personnes ont rempli un questionnaire sur leur position personnelle et leur perception de la 5G. D’après l’enquête, la population suisse est très sceptique par rapport à ce nouveau standard de téléphonie:

  • 65% des personnes interrogées estiment que la 5G est une technologie présentant un risque de moyen à élevé.

  • En parallèle, une proportion comparable de la population estime que les avantages personnels tirés de la 5G seront faibles.

  • Plus de la moitié des personnes interrogées croyaient pourtant à l’utilité sociale des nouvelles technologies, et près de trois quarts des répondants à leur utilité économique.

  • Une écrasante majorité des répondants se prononçait pour plus de régulation de la part de l’Etat, et davantage de recherche.

L'Office fédéral de l'environnement (OFEV) s'est pourtant efforcé de mener davantage de recherches : entre la première enquête d'étude de novembre 2019 et la deuxième enquête de décembre 2020, l'Office fédéral a publié un rapport d'expertise sur le thème «Communications mobiles et rayonnement». Dans ce rapport détaillé, les experts ont résumé l'état actuel des connaissances sur la base de nombreuses études: ils sont arrivés à la conclusion qu'il n'existe aucune preuve d'un effet nocif de la 5G sur la santé.

Mesurer l’importance de l’information sur la 5G. Dans la deuxième partie de l’enquête, les participants ont été séparés en quatre groupes. Trois d’entre eux ont reçu, avant le questionnaire, des versions plus ou moins complètes de ce rapport.

  • Cependant, cette lecture n'a quasiment pas eu d'influence sur leurs réponses : la perception du risque est restée pratiquement inchangée dans tous les groupes lors du deuxième tour de questions.

  • Par ailleurs, l'auteur de l'étude, Renato Frey, a constaté une corrélation claire entre le risque perçu et la confiance dans les autorités: ceux qui considéraient la 5G comme un risque majeur faisaient rarement confiance aux autorités pour réguler la norme de téléphonie mobile.

Cependant, cela ne signifie pas que les opinions sont gravées dans le marbre: si la majorité n'a pas changé d'opinion, Renato Frey a observé à plusieurs reprises des changements d'attitude au niveau individuel. Ceux qui estimaient avoir une meilleure connaissance de la 5G au second tour de l'enquête ou ceux qui faisaient davantage confiance aux autorités ont évalué le risque comme étant plus faible.

Les résultats montrent que l'on peut commencer par agir sur ces facteurs  la connaissance de la 5G et la confiance dans les autorités, conclut Renato Frey dans un communiqué de presse. En d'autres termes, répondre aux préoccupations spécifiques des sceptiques est probablement le meilleur moyen pour lutter contre la polarisation extrême du débat.

L’étude à la loupe

L’étude. Psychological Drivers of Individual Differences in Risk Perception: A Systematic Case Study Focusing on 5G

Le commentaire. L'étude est basée sur des corrélations entre différentes réponses du questionnaire sous-jacent. Les relations causales sont évidentes, mais en raison de la conception de l'étude, elles n'ont pu être prouvées que pour une petite partie des questions. L'évaluation des risques ne fait pas partie de l'étude.

La fiabilité. Évaluée par des pairs, 2919 participants à la première enquête, 1852 à la seconde. Les participants ont été sélectionnés comme un groupe représentatif de la population suisse en termes d'âge, de sexe et de langue maternelle (allemand et français).

Le type d’étude. Étude d'observation.

Le financement. Fonds national suisse de la recherche scientifique, Office fédéral de l'environnement.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.