Les ambitions contrariées des géants de la tech russes

Yandex est le moteur de recherche russe. Il applique aujourd'hui la censure imposée par le gouvernement, quand bien même ses actions sont majoritairement détenues par des investisseurs occidentaux.| EPA via Keystone/ Maxim Shipenkov

Lorsque la Russie voulait rivaliser avec l’Occident sur le plan économique, le gouvernement a participé à la création de géants de la tech locaux pour concurrencer Google, Facebook ou encore Symantec. Mais depuis l’invasion russe en Ukraine, les ambitions internationales des géants russes de la tech sont confrontées aux conséquences économiques des sanctions, et aux velléités autocratiques de Vladimir Poutine, comme le souligne le Washington Post.

Pourquoi on en parle. Le réseau social VKontakte, le moteur de recherche Yandex ou encore la société de cybersécurité Kaspersky se sont développés ces dernières années à l’international. Yandex est par exemple coté au Nasdaq, un indice boursier américain. Les antivirus développés par Kaspersky sont aussi très utilisés en Occident.

Alors que les actions de Yandex sont majoritairement détenues par des investisseurs occidentaux, et que son siège social est basé aux Pays-Bas, l’entreprise n’a eu d’autres choix que de se conformer aux exigences du gouvernement russe. En clair: Yandex applique la censure imposée par les autorités russes.

De son côté, le fondateur du réseau social VKontakte a dû vendre ses parts au gouvernement en décembre 2021. Depuis l’adoption de la loi de censure en mars, VKontakte bloque les publications concernant l’invasion russe en Ukraine.

La guerre en Ukraine aura de lourdes répercussions sur ces géants de la tech. Selon le Washington Post, les entrepreneurs et les investisseurs prédisent qu’il faudra des années, si ce n’est des décennies, pour que des capitaux occidentaux affluent de nouveau vers des entreprises technologiques russes.

link

A lire sur le Washington Post