Le territoire de la Russie vendu en NFT, en soutien à Kiev

Capture d'écran du site Russia For Sale (21 avril 2022).

Ils vendent le territoire russe à la découpe, au bénéfice de l’Ukraine. «Ils», c’est l’agence digitale Leavingstone, basée à Tbilissi. «Poutine a coutume de s’emparer des terres d’autres pays, rendons-lui la monnaie de sa pièce», indique son dirigeant, interrogé par Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL), la voix du bloc de l’Ouest dans les pays ex-soviétiques. En signe de soutien à Kiev, les créatifs géorgiens ont décidé d’offrir la Russie à la vente par NFT, ces fameux «jetons non fongibles» qui permettent de vendre n’importe quel bien matériel ou conceptuel de façon sécurisée. Une trentaine de territoires a déjà été vendue, dont la capitale Moscou, pour une somme totale de près de 20'000 dollars.

Lire aussi: Les NFT conduisent à la dématérialisation de la possession

Comment ça marche. Sur le site dédié, il suffit de sélectionner l’une des quelque 2400 portions de territoire russe encore en vente et de s’acquitter de son prix en cryptomonnaie (ethereum, ETH), pour devenir l’acquéreur – symbolique, bien sûr – d’un morceau de Russie. Il faudra compter 0,05 ETH pour un petit district, soit l’équivalent de 145 francs au taux actuel, et 4 ETH pour une grande ville, environ 12'000 francs. L’agence ne compte pas s’arrêter là: la prochaine étape consistera à «vendre» les monuments iconiques du pouvoir central, dont le célèbre palace de Poutine sur la Mer noire (coût réel estimé: environ 1 milliard de dollars), avant de passer au clou du spectacle, proprement inestimable: Lénine himself, dont la momie repose sur la Place rouge.

Lire aussi: «La bulle des NFT n'est pas différente de la bulle internet»

Qui gagne quoi? Pour l’agence, c’est évidemment un coup de communication réussi – qui a occupé 10 à 15 personnes pendant un mois, d’après son créateur interrogé par RFE/RL. En matière de cryptomonnaie sonnante et trébuchante, le montant de la vente est entièrement reversé au ministère de la transformation numérique ukrainien, en charge notamment des opérations de cyberguérilla et de contre-propagande. Mais les NFT sont d’abord et avant tout des actifs financiers, susceptibles de faire l’objet de spéculation et d’échanges. En cas de revente, 2,5% du prix sera reversé à la plateforme d’échange (OpenSea, une des principales marketplaces pour les NFT), et 5% à l’Ukraine.

link

A lire sur Radio Free Europe/Radio Liberty (EN)