Le secteur chinois de la tech fait face à des licenciements en masse

En Chine, le secteur de l'éducation numérique a particulièrement souffert des nouvelles restrictions imposées par le gouvernement. | Image d'illustration Keystone/EPA / Roman Pilipey

En Chine, l’année 2021 a été particulièrement compliquée pour les entreprises actives dans la technologie. Confronté à la régulation de Pékin, le secteur a supprimé des postes par dizaines de milliers, relève Le Monde. Le groupe New Oriental, spécialisé dans l’éducation en ligne, a annoncé le licenciement de 60’000 employés en six mois. En cause: une nouvelle législation imposant au secteur du tutorat de devenir des structures à but non lucratif. Le journal relève que New Oriental a perdu 90% de sa valeur boursière et son chiffre d’affaires a chuté de 80%.

Pourquoi c’est important. Le gouvernement chinois multiplie depuis plusieurs années les mesures de régulation du secteur de la technologie. Les entreprises chinoises, particulièrement novatrices, font face aux velléités réglementaires de Pékin, qui veut garder la main sur les technologies. Le gouvernement en fait une arme diplomatique, tout en limitant l’accès aux services qui pourraient nuire à son contrôle sur sa population. Dernièrement, Pékin a sanctionné Alibaba Cloud, qui a communiqué l’existence de la vulnérabilité Log4j au monde entier plutôt que d’en avertir les autorités en premier lieu.

Selon Le Monde, les plateformes de vidéos iQiyi, Kuaishou, ou Bilibili sont victimes de la censure chinoise, toujours plus stricte. iQiyi désire désormais licencier 30% de ses employés dans certaines divisions de l’entreprise.

L’année 2021 a également été difficile pour le secteur du jeu vidéo. Aucun studio n’a obtenu de licence depuis juillet 2021. Malgré ce contexte, les investisseurs continuent d’injecter de l’argent dans la tech chinoise: selon Bloomberg, les investissements des fonds de capital-risque ont même atteint un record en 2021 en Chine. S’élevant à 130,6 milliards de dollars, précise Le Monde.

link

A lire sur Le Monde