| | Reportage

Le «plan hydrogène» de vétérans d’Airbus pour verdir l’aviation

L'entreprise prépare des kits pour remplacer les turbopropulseurs des avions régionaux. | Heidi.news

Au sud de Los Angeles, les hangars de l’aéroport d’Hawthorne se sont transformés en incubateur de start-up de l’aérospatiale. C’est là que se trouvent le siège et les principaux ateliers de Space X, ceux d’Ampaire, qui développe des moteurs d’avions hybrides et ceux d’Universal Hydrogen qui veut remplacer le kérosène par de l’hydrogène vert. Heidi.news a visité le site d’Hawthorne avec le directeur stratégique d’Universal Hydrogen, Jason Chua. L’occasion de comprendre comment la start-up, cofondée par des anciens d’Airbus, entend s’y prendre pour remplacer les moteurs émetteurs de CO2 des avions régionaux par des turbopropulseurs qui ne rejettent que de l’eau dès 2025.

Pourquoi c’est important. Les émissions de gaz à effet de serre de l’aviation représentent 4% des émissions globales, mais elles ont augmenté de 130% en 20 ans. En fonction de la croissance prévue du secteur aérien, en 2050, elles devraient être 7 à 10 fois supérieures aux niveaux de 1990, malgré les améliorations en matière de consommation de carburant. Si l’électrification de l’aviation avance rapidement dans le cas des petits appareils, le poids des batteries rend pour l’heure leur usage impossible sur les gros appareils. L’électricité produite à partir de piles à combustible pourrait être une solution pour alimenter les turbopropulseurs des avions régionaux puis des moyens courriers qui représentent deux tiers des émissions du secteur.

Elle bute cependant sur la production de l’hydrogène vert et de sa distribution. C’est ce défi logistique que s’emploie à résoudre Universal Hydrogen.

Cet article est réservé aux abonnés.