| | Analyse

Le plan de Berne pour amener l’argent des retraites dans les start-up

Les caisses de pension suisses, qui gèrent les mille milliards de francs du deuxième pilier des retraites, vont voir leurs investissements dans les start-up suisses facilités en 2022. Lors de sa séance du 17 novembre 2021, le Conseil fédéral a modifié les ordonnances régissant la prévoyance professionnelle afin de créer une nouvelle catégorie de placement spécifique pour les entreprises suisses non cotées, dont les start-up. Les caisses pourront investir jusqu’à 5% de leurs fortunes dans des PME en quête de successeurs et des jeunes pousses helvétiques via des fonds spécialisés. Le feront-elles?

Pourquoi c’est incertain. Depuis au moins huit ans, les milieux de l’innovation demandaient que les caisses de pension suisses puissent investir plus facilement dans les jeunes entreprises innovantes non cotées sur les marchés financiers. Après l’échec des tentatives de créer un fonds suisse pour financer les start-up, la nouvelle catégorie créée par le Conseil fédéral va apparemment dans le bon sens. La question est cependant ouverte de savoir si cette décision va susciter la mise en place de fonds de capital-risque investissant majoritairement dans les start-up suisses.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.