| | News

Le jackpot du trading de pétrole pendant la crise illustré par l'année «étourdissante» de Trafigura

En raison de la stratégie des traders, les tankers pétroliers ont parfois servi au stockage cette année. Keystone / Morten Weesgaard

Si bon nombre de secteurs économiques traversent de grandes difficultés, ce n’est pas le cas des poids lourds du commerce de pétrole. Pour Trafigura, l’un des leaders mondiaux basé à Genève, les volumes ont diminué, le chiffre d’affaires aussi, mais les profits bruts se sont envolés à 6,8 milliards de dollars, contre 2,9 l’an dernier. L’exercice 2020 s’est révélé «étourdissant», a résumé le CEO australien Jeremy Weir, dans une vidéo postée la semaine dernière par le groupe. Les autres grandes sociétés de trading devraient réaliser des résultats analogues.

Pourquoi on en parle. Trafigura, dont l’année comptable se termine le 30 septembre, a su capitaliser sur les turbulences de l’économie mondiale provoquées par la pandémie. Nous l’écrivions dès le mois de mars, la mise en place d’un marché «contango», qui se produit lorsqu’une vente à terme rapporte davantage qu’une transaction immédiate, a poussé les traders à stocker leur pétrole en attendant de le revendre, trois ou six mois plus tard. La manœuvre leur permet d’engranger facilement de fabuleux profits, comme cela s’est déjà observé lors de précédentes crises, notamment en 2009 et en 2014, marquées par une chute brutale du cours de l’or noir.

Cet article est réservé aux abonnés.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!