Le co-fondateur de Mitto n'est plus impliqué dans l'entreprise

Tobias Tullius | Unsplash

Des représentants de la société zougoise Mitto ont informé leurs clients que le cofondateur et directeur des opérations Ilja Gorelik n’est plus impliqué dans l’entreprise, révèle Bloomberg. Ces déclarations interviennent après la publication d’un rapport par le Bureau of investigative journalism, dans lequel Ilja Gorelik était accusé d’avoir donné l’accès au réseau de l’entreprise contre paiement à des tiers pour mener des opérations de surveillance.

Mitto est une entreprise technologique qui est spécialisée dans l’envoi de SMS automatisé en masse, notamment à des fins marketing mais aussi pour des vérifications d’identité. La société collabore avec des opérateurs de télécommunication dans plus de 100 pays.

L’entreprise n’a pas donné de précisions. Contactée par Bloomberg, la société basée à Zoug n’a pas répondu aux sollicitations de l’agence de presse, tout comme le principal intéressé. Il n’est pas clair si le statut d’Ilja Gorelik au sein de l’entreprise a changé de manière temporaire ou permanente, et l’on ignore s’il a quitté l’entreprise de son propre chef.

A lire aussi: Une entreprise suisse aurait facilité l'espionnage de smartphones

Le site web de Mitto, qui le présente comme membre de l’équipe de direction de la société, ainsi que le registre du commerce, qui le mentionne comme membre du conseil d’administration, n’ont pas été mis à jour.

Selon Bloomberg, plusieurs clients, dont Google, ont contacté Mitto pour exprimer leurs inquiétudes et demander plus d’informations concernant les allégations de surveillance. Selon deux employés actuels de Mitto, l’entreprise devrait perdre des parts de marché. Le préposé fédéral à la protection des données et à la transparence a ouvert une enquête au lendemain de la publication du rapport.

link

A lire sur Bloomberg