| | Analyse

La Suisse a inventé l’hydrogène vert mais elle n’a pas de stratégie

La Suisse produit de l’hydrogène vert à partir d’un barrage en Argovie./Keystone/Christian Beutler

L’hydrogène vert? Il y a près de 30 ans, Nicolas Hayek, alors patron de Swatch, a imaginé une industrie de l’hydrogène vert. Des voitures à pile à combustible ou électriques dont la recharge pourrait se faire sous forme d’hydrogène qui stocke l’électricité produite aux heures de pic des panneaux photovoltaïques ou des éoliennes. Malgré cette vision, la Stratégie 2050 de la Confédération, qui encapsule les politiques de transition énergétique pour sortir des énergies fossiles, ne contient pas de volet sur l’hydrogène vert. Alors que tous les pays voisins se lancent sur cette piste. Mais une motion sur ce sujet est pendante au Parlement et l’Office fédéral de l’énergie travaille à une feuille de route.

Pourquoi c’est urgent. Après l’Allemagne, le président français Emmanuel Macron a annoncé mardi 12 octobre la construction de deux «gigafactory» pour produire de l’hydrogène vert. Ce vecteur d’énergie devient de plus en plus populaire à mesure qu’apparaissent les difficultés liées au déploiement à large échelle des énergies renouvelables et de la sortie du nucléaire.

Cet article est réservé aux abonnés.