Reservé aux abonnés

La «shadow economy» progresse et ce n'est peut-être pas un mal

Une campagne pour lutter contre le travail au noir s'était notamment invitée sur les bus de Genève en 2017 | Keystone / Salvatore Di Nolfi

Sous les radars, elle est le miroir de l’économie, l’ombre de la crise. En 2020, et pour la première fois depuis 2008, l’économie informelle a progressé en Suisse, passant de 5,5 à 6,07% du PIB, avec pour conséquence 1,8 à 2,8 milliards de pertes de recettes pour le fisc et les assurances sociales. En Europe, celle que l’on appelle aussi l’économie souterraine a effectué sa plus grande croissance depuis vingt ans.

Mais faut-il vraiment s’en inquiéter? Loin des idées reçues, Friedrich Schneider, chercheur à l’Université de Linz, en Autriche, et spécialiste international de l’économie informelle, livre une vision nuancée et surprenante de la shadow economy.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous