Reservé aux abonnés

La première imprimante d’ADN est basée sur le modèle Nespresso

Thomas Ybert, CEO de DNA Script, devant l'imprimante d'ADN Syntax. | Heidi.news

L’entreprise DNA Script vient d’obtenir l’autorisation de commercialiser son imprimante d’ADN de synthèse en Europe. Ce système produit automatiquement, en quelques heures, les fragments d’ADN programmés par les biologistes, grâce à une nouvelle technologie basée sur l’utilisation d’enzymes.

Pourquoi c’est une rupture. L’impression d’ADN de synthèse est de nature à décentraliser et accélérer vertigineusement l’ingénierie génétique. Le champ des applications est immense: de la réponse à un début d’épidémie à la fabrication de génomes artificiels pour produire des matériaux en passant par le stockage de données sur ADN. De quoi donner le vertige…

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous