| | News

La lune de miel sans fin entre les Suisses et les gros SUV

Le Q7 d'Audi, version hybride certes, mais près de 2500 kilos tout de même! | Keystone / Martial Trezzini

Quelle relance pour l’automobile? Après une année historiquement difficile pour les concessionnaires, qui ont vu le marché de l’occasion exploser, les ventes de véhicules neufs ont pris l’ascenseur depuis ce printemps: +43% de ventes en mars par rapport à l’année précédente, +135% en avril et +44% en mai, selon les chiffres d’AutoSuisse, l'association faîtière de la branche. Des chiffres qui restent toutefois inférieurs, en moyenne de 17%, à ceux des années précédentes, même lors de la crise économique de 2008. Au-delà de ces chiffres rassurants pour la branche, que dit cette reprise de son avenir, dans un contexte économique toujours incertain et surtout à l’heure de l’urgence climatique?

Recul des combustions fossiles. Le renouveau du marché automobile s’accompagne d’un recul sans précédent des moteurs classiques. Les motorisations autrefois décrites comme «alternatives» ont presque doublé: en mai, 39% des véhicules vendus ne fonctionnaient pas, ou pas uniquement, au diesel ou à l’essence, contre 22,2% en mai 2020. Parmi eux, les plus populaires restent les véhicules hybrides non rechargeables (20%), suivis de loin par les hybrides rechargeables (9,2%) et les totalement électriques (9,6%). La part de l’hydrogène et du gaz demeure anecdotique.

Cet article est réservé aux abonnés.