| | News

La finance durable mise sur la créativité des hackathons

Les candidats avaient 24 heures pour mettre au point leurs projets./Nathalie Joray

Un outil de prédiction des niveaux d'émissions de carbone des entreprises, une intelligence artificielle pour mesurer et récompenser la gestion durable de la nature et un coach financier destiné aux femmes. Les trois projets qui ont remporté le hackathon consacré à la finance durable, organisé par l’Université de Genève et Open Geneva lors de la conférence Building Bridges, ont été annoncé le 1er décembre. Cette initiative, destinée à rapprocher les marathons visant à faire émerger des solutions innovantes venues du monde du numérique, rencontre un succès croissant, avec de prochaines répliques en Asie. Et suscite l’intérêt des banques.

Pourquoi c’est innovant. D’abord marathons de programmation informatique, les hackathons sont devenus un moyen de plus en plus populaire de trouver des solutions à des problèmes plus vastes comme la durabilité ou l’inclusivité. Ils restaient cependant un concept relativement nouveau dans la finance durable. L’initiative genevoise vise à prouver la valeur de ces concours de projets créatifs pour les entreprises financières.

La compétition. La troisième édition du hackathon de la finance durable s'est tenue la nuit de vendredi à samedi 27 novembre au Campus Biotech de Genève.

Elle a réuni 65 étudiants, des organisations internationales et des entreprises du secteur privé répartis en neuf équipes pour élaborer des solutions aux problèmes de la finance durable.

En sortant les participants de leur rôle quotidien et en leur demandant d'interagir avec des personnes d'horizons différents, l'événement visait à créer des résultats inattendus et susceptibles de changer la donne. Selon Thomas Maillart, maître de conférences à l'Université de Genève et président d'Open Geneva:

«La finance durable est confrontée à d'énormes défis en matière d'innovation, dont beaucoup nécessitent un changement de perspective sur l'objectif de la finance, sur la manière dont les institutions financières doivent s'adapter.»

Etudiant en master de gestion responsable à l'Unige et «hack manager» de l'événement, Cristian Santana ajoute:

«Le secteur financier s'oriente vers l'innovation, soit par la numérisation, soit par le passage au vert. Mais il avance plus lentement que les autres secteurs alors que nous n'avons pas de temps à perdre pour nous occuper des objectifs de l'Agenda 2030 des Nations unies. Nous avons besoin de hackathons parce que nous avons besoin de solutions innovantes en peu de temps pour sauver la planète.»

Les gagnants. Les trois projets gagnants, qui répondent à des défis lancés par des entreprises financières, illustrent ce potentiel.

  • Le gestionnaire d’actifs RAM Investments proposait de développer un moyen de prédire en temps réel les niveaux d'émissions de carbone à partir des rapports annuels des entreprises ou des données fournies l'année précédente. En 24 heures, l'équipe gagnante a mis au point un outil numérique capable d'interpréter le texte des rapports ainsi qu'un algorithme d'apprentissage automatique pour prédire la quantité de CO2 émise.

  • CA Indosuez Wealth Management voulait trouver un moyen d'aider les femmes à gérer leur patrimoine. Le défi a attiré des employés d'UBS dans l'équipe qui a emporté les suffrages, avec un projet de coach financier numérique.

  • La troisième initiative gagnante était une proposition visant à créer un fonds décentralisé basé sur une blockchain, utilisant l'intelligence artificielle pour mesurer et récompenser la gestion durable de la nature, en particulier pour la protection des récifs coralliens.

Les entreprises. L'un des principaux objectifs de l'événement de cette année était de démontrer aux entreprises la valeur des hackathons pour favoriser l’éclosion d’idées en supprimant les hiérarchies habituelles auxquelles les employés peuvent être confrontés sur le lieu de travail. Thomas Maillart:

«L'existence d'un espace libre, sans jugement, est vraiment essentielle à l'éclosion et au développement d'innovations de rupture.»

La suite. Pour s'assurer que le travail de développement des solutions issues du hackathon se poursuive au-delà de l'événement, les organisations impliquées — dont Lombard Odier, Carbon 4 Finance et la Cnuced — ont été invitées à s'approprier les projets. Thomais Maillart:

«Plusieurs de ces organisations ont exprimé leur intérêt à embaucher les étudiants qu'elles ont rencontrés précisément pour poursuivre ces projets.»

L'Asie. Open Geneva a étendu ses hackathons à d'autres pays. L'organisation travaille avec l'Agence suisse de développement et de coopération (DDC), en collaboration avec l'Université de Tsinghua en Chine et l’Institut des Nations unies pour la formation et la recherche (Unitar), afin de créer des hackathons d'impact en Asie-Pacifique.

La dernière initiative en date, SDG Open Hack!, organisée par l'université de Tsinghua, s'est tenue à Pékin et à Shenzhen en novembre et a attiré environ 2000 participants répartis sur 17 hackathons. Le prochain hackathon aura lieu à Singapour en juin 2022.

link

Traduit et adapté de l'article original de Geneva Solutions

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!