Reservé aux abonnés

L'inévitable krach des entreprises high-tech

Entré en bourse en avril 2021, le leader des cryptomonnaies Coinbase a perdu 70% de sa valeur en six mois./Keystone/Richard Drew

Le Nasdaq, le principal indice des actions d’entreprises technologiques aux Etats-Unis a perdu quasiment 10% la semaine du 2 mai, dont 5% pour la seule journée du jeudi 5 mai. Les gagnants de la crise Covid comme Netflix, Zoom ou Peloton ont perdu la moitié de leur valeur depuis le début de l’année 2022. La fenêtre des introductions en bourse des start-up se referme, les cryptomonnaies s’effondrent et même les géants d’internet sont touchés par des reculs en bourse comparables désormais uniquement à ceux de 2001 et 2008. La possibilité d’un krach est ouvertement évoquée.

Pourquoi c’est peut-être la bonne. La possibilité d’un krach des valeurs technologiques est régulièrement évoquée depuis 13 ans. Dans cet intervalle, le Nasdaq a démenti les Cassandre avec une multiplication par dix de sa valeur. Mais il en a perdu un quart depuis novembre 2021. La flambée des prix des matières premières et le retour de l’inflation forcent les banques centrales à augmenter leurs taux d’intérêt. Cela met fin à l’accès à de l’argent bon marché pour les investisseurs et rend les obligations plus attractives que les actions. Une tendance probablement durable dans la mesure où de grandes banques centrales comme la Banque nationale suisse ou la Banque centrale européenne n’ont pas commencé à remonter leurs taux.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous