Reservé aux abonnés

L'arrivée des NFT dans le gaming suscite l'inquiétude des joueurs

Le studio Square Enix, à l'origine de la célèbre licence Final Fantasy, envisage son futur dans la blockchain (DR)

Début décembre, le studio français de jeux vidéo Ubisoft a annoncé son entrée dans la blockchain, et plus particulièrement dans le segment des NFT – les «jetons non fongibles» qui ont valeur de certificat de propriété d’objets virtuels. Cette annonce a fait l’effet d’une bombe dans la communauté des joueurs, qui ne voient pas cette innovation d’un très bon œil.

Ce qu’il s’est passé. Le studio Ubisoft a annoncé sa démarche en grande pompe: lancement d’un site internet dédié, vidéo sur Youtube pour expliquer ce que cela impliquera pour les joueurs et ouverture de la bêta de Quartz, la plateforme qui permettra de gérer les NFT. Avec celle-ci, les joueurs doivent pouvoir obtenir des objets virtuels uniques, qui conservent une trace de leurs précédents propriétaires. Ainsi, si une célébrité acquiert un NFT lié à un jeu d’Ubisoft et le revend ensuite, la valeur du jeton pourrait beaucoup augmenter parce qu’il a été détenu par cette personne. Les produits en vente peuvent prendre différentes formes mais, pour l’instant, le studio a surtout mentionné des objets cosmétiques – par exemple des apparences d’armes ou de vêtements – sans pour autant influencer le gameplay.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous