| | Interview

Facebook parie son futur sur le métavers. Le quoi?

Lancé il y a un an, le monde virtuel Horizon bascule au cœur de la stratégie de Facebook. | Image Facebook

Le magazine The Verge a révélé la semaine dernière que Mark Zuckerberg, le CEO de Facebook, voit l’avenir du réseau social dans la construction d’un métavers. L’entreprise veut construire un monde virtuel et interconnecté à l’échelle de ses près de 3 milliards d’utilisateurs. Apparu dans Snow Crash, un roman de science-fiction publié en 1992, le terme de métavers désigne un espace numérique partagé en ligne, dans lequel les réalités physiques, augmentées et virtuelles se rejoignent. Chercheuse senior à l’Atelier BNP Paribas et auteure d’un rapport sur l’économie de ces univers virtuels, Aurore Géraud explique les enjeux aux lecteurs d’Heidi.news.

Pourquoi c’est intéressant. L’annonce de cette nouvelle stratégie par Facebook semble dépasser l’effet d’annonce (même si ce dernier existe bel et bien). L’entreprise a lancé il y a quelques mois son monde virtuel, baptisé Horizon, en version pour les développeurs. Ceci après son assistant Portal, concurrent d’Amazon Alexa et son entrée dans la réalité virtuelle avec Oculus. L’annonce de la création d’une division produit «métavers» qui va regrouper ces projets s’est accompagnée de l’ouverture de 700 nouvelles embauches. Cela suggère que Mark Zuckerberg est sérieux dans cette initiative. Parce que c’est l’avenir ou parce qu’il n’a pas le choix?

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.