| | Analyse

Face à la crise, les agriculteurs tirent un premier bilan nuancé

Vaches et agriculteurs se préparent pour la désalpe, le 12 septembre 2020, su col de Susten vers le village de Wassen dans le canton d'Uri. | Keystone / Urs Flueeler

La fermeture des frontières, la limitation des réunions, la restrictions des ouvertures des commerces et la fermeture des restaurants et des marchés alimentaires sont autant de mesures sanitaires qui, depuis presque un an, affectent le travail des agriculteurs et des agricultrices suisses. Mais, contre toute attente, la crise a aussi bouleversé les habitudes de consommation des ménages permettant au monde agricole de surmonter 2020 sans trop de dégâts. Explications avec des représentants de la branche.

Pourquoi c’est intéressant. En octobre dernier, l’Office fédéral de la statistique a estimé que l’agriculture suisse devrait générer en 2020 une valeur ajoutée brute de 4,4 milliards de francs, soit une hausse de 5,8% par rapport à l’année précédente. Cette bonne résistance de l’agriculture suisse, qui peut sembler paradoxale compte tenu du contexte épidémique, s’explique non seulement par des conditions climatiques favorables mais aussi par des adaptations rapides du secteur pour faire face.

Cet article est réservé aux abonnés.