Reservé aux abonnés

En repoussant la loi de Moore, une entreprise ressuscite l’électronique européenne

La lithographie extrême ultraviolet a mis le néerlandais ASML en situation de monopole mondial./ASML

La loi de Moore, selon laquelle le nombre de transistors intégrés dans une puce double tous les deux ans, est le moteur de la croissance du numérique depuis 50 ans. Plus les composants sont petits, plus ils sont économiques et puissants.  C’est la raison pour laquelle le smartphone que vous avez dans votre poche a plus de puissance de calculs que les ordinateurs du programme Apollo. On pensait toutefois que cette loi de Moore avait atteint ses limites physiques. Jusqu’à ce que l’entreprise néerlandaise ASML les repousse avec une technologie qui ressuscite maintenant l’électronique en Europe.

Pourquoi c’est stratégique. La crise des semi-conducteurs qui met les usines à l’arrêt et augmente les prix et les délais de livraison des produits électroniques a souligné la dépendance de pans entiers de l’industrie européenne à la production asiatique de puces. La concentration à Taiwan de cette industrie est devenue un enjeu central de relocalisation, avec déjà des projets de nouvelles usines géantes aux Etats-Unis et au Japon. Et en Europe? Le monopole d’ASML sur des technologies qui repoussent la loi de Moore est un atout unique. Il s’incarne déjà avec deux projets de méga-usines de puces en Allemagne.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous