| | Reportage

Dans la machine à éditer les génomes d’Inscripta

La technologie d’automatisation d’Inscripta ramène à trois jours des opérations d’édition génétique incluant jusqu’à 10 000 modifications différentes. | Inscripta

Dans le sud de la Californie, San Diego est le siège de deux géants des nouvelles technologies: le fabricant de puces graphiques Qualcomm et le leader du séquençage génétique Illumina. Dans le quartier futuriste qui abrite les innombrables immeubles de ces entreprises, une start-up est candidate au même genre de leadership: Inscripta. Nous y sommes allés.

Spin-off de l’Université du Colorado à Boulder et financée pour près d’un demi-milliard de dollars par des capital-risqueurs, elle a trouvé le moyen d’industrialiser les nouveaux ciseaux génomiques CRISPR. Son premier instrument, Onyx, est commercialisé depuis la fin mars et ses clients industriels s’en servent pour introduire jusqu’à 10’000 gènes différents dans des levures et des bactéries pour produire des matériaux jusqu’ici extraits dans la nature ou avec de nouvelles propriétés.

Pourquoi c’est impressionnant. Récompensé par le prix Nobel de chimie 2020, la découverte des ciseaux génétiques CRISPR-Cas 9 permet d’effectuer des modifications génétiques beaucoup plus précises que les outils précédents. Mais même avec cette technologie, les opérations de modifications génétiques restent laborieuses et manuelles. De plus, elles ne réussissent en moyenne qu’une fois sur dix, de nombreuses éditions ratant leurs cibles. Des chercheurs de l’Université du Colorado, associés à des anciens d’Illumina et 10xGenomics, ont créé Inscripta en 2015 pour automatiser et massifier le design et la production d’organismes modifiés. La plateforme Onyx sert à modifier la bactérie E coli et une levure afin de les transformer en usines microbiennes. Un développement qui soulève cependant des questions.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.