| | News

La bataille contre les rots à effet de serre des vaches part de Suisse

Le méthane émis par les ruminants a un effet 84 fois plus importants sur le réchauffement climatique que le CO2./Keystone/Jeff McIntosh

Les laboratoires suisses du géant des ingrédients alimentaires DSM ont mis au point un complément alimentaire destiné aux vaches laitières afin de réduire de l’ordre d’un tiers leurs émissions de méthane, un puissant gaz à effet de serre, qu’elles dégagent en rotant. Selon les études de l’entreprise, cette molécule chimique, qui fait l’objet d’avertissements, ne passe ni dans l’animal ni dans l’environnement. D’autres start-up suisses comme Mootral et Agolin proposent des alternatives basées sur des produits naturels.

Pourquoi c’est important. Les ruminants ont un processus de digestion qui fait intervenir différents types de bactéries afin d’extraire des nutriments des fibres de plantes. Lors de ce processus certains de ces micro-organismes produisent du méthane qui est relâché par les rots et la respiration des animaux. Une vache peut ainsi émettre jusqu’à 3 tonnes d’équivalent CO2 (trois aller-retours Genève-New York en avion) de ce gaz à effet de serre sous forme de méthane. Moins durable que le CO2, ce gaz est plus impactant en termes de réchauffement climatique.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.