Reservé aux abonnés

Comment ça fonctionne, l'identité électronique décentralisée? L'exemple de MyDid

L'identité décentralisée donne à son détenteur la capacité de choisir quelles informations il partage. | MyDid

«Sur internet, personne ne sait que vous êtes un chien», pouvait-on lire sur un célèbre dessin paru en 1993. Près de 30 ans plus tard, il est toujours compliqué de prouver son identité en ligne, et surtout de le faire dans des conditions où les utilisateurs restent maîtres des informations qu’ils transmettent. MyDid, une start-up récemment installée à Neuchâtel, développe une solution d’identité décentralisée basée sur des standards internationaux.

Pourquoi c’est intéressant. Le Conseil fédéral a présenté mercredi 29 juin son nouveau projet d’identité électronique, désormais soumis à consultation jusqu’en octobre, un peu plus d’un an après le net rejet par la population d’une e-ID gérée par le secteur privé. La nouvelle copie des autorités suisses s’inspire en grande partie des principes de l’identité décentralisée, principes sur lesquels reposent aussi la solution développée par MyDid.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous