Reservé aux abonnés

Avec EnovArk, le Valais s’affirme en pilote de la transition énergétique

GB-Flex qui développe des outils d’ajustement de l’offre à la demande pour tenir compte de l’intermittence des nouvelles énergies renouvelables./HES-SO Valais-Wallis

Après l’arrivée de l’EPFL sur le campus Energypolis en 2014, puis le lancement en 2019 de la rénovation du quartier industriel Ronquoz 21 à Sion pour en faire un site pilote de nouvelles technologies vertes, le canton du Valais s’impose de plus en plus comme un leader de la transition énergétique. Dernier acte: la création d’un pôle d’innovation dédié, EnovArk. Doté d’un fonds d’amorçage pour les start-up, cet accélérateur est soutenu par 24 communes susceptibles de mettre à disposition leurs territoires pour des projets pilotes.

Pourquoi c’est significatif. Avec ses 46 barrages, le Valais produit 10 milliard de kWh par an, soit plus d’un quart de l’énergie hydroélectrique consommée en Suisse. Bénéficiant par ailleurs de plus de 300 jours de soleil par an, le canton a vocation à devenir la pile photovoltaïque du pays. La transition énergétique entraine cependant de nombreux défis (voir notre Exploration à ce sujet), y compris sociaux. Le canton du Valais les voit de plus en plus comme des opportunités pour construire une économie verte sur la base de son héritage hydro-électrique.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous