Reservé aux abonnés

Aux Genevois de s'exprimer sur leur surveillance numérique

Dessin qui représente les thèmes abordés lors d'une discussion avec des experts genevois. | Image Fillipo Buzini / Edgelands

La surveillance numérique s’est déployée à large échelle ces dernières années, bien souvent en l’absence de débat public. Aujourd’hui, les technologies de traçage sont partout, au travail, à l’hôpital mais aussi dans le salon ou la chambre à coucher. L’institut Edgelands veut créer une discussion autour des enjeux de cette surveillance numérique à Genève. Il publiera mercredi 22 juin un premier rapport issu de 40 entretiens qui permettra de lancer le débat.

Une rencontre publique aura lieu le même jour à 17 heures à la Maison Rousseau — les inscriptions sont ouvertes — pour présenter le document et lancer un sondage participatif qui s’étendra sur l’été. Associé à cette démarche, Heidi.news proposera à ses lecteurs de participer à ce sondage inédit. Au fur et à mesure des réponses, de nouvelles questions, suggérées par les participants, permettront de faire ressortir les préoccupations réelles des Genevois en la matière.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous