| | News

Au Mans, le premier bolide à hydrogène est suisse

La Green GT H24 est testé au Mans cette semaine. |MissionH24

Deux moteurs électriques d’une puissance totale de 650 chevaux tournant jusqu’à 18’000 tours/minute pour des pointes à 300 km/h. Mais aussi 3 réservoirs de 2,8 kilos d’hydrogène chacun et quatre piles à combustible de 230 cellules. Et malgré cela un poids total de 1380 kilos comparable à celui d’une GT à essence. Le premier bolide à hydrogène que s’apprête à faire tourner la start-up suisse GreenGT lors de tests en préambule des 24 Heures du Mans, qui se déroulent ce week-end, est un banc d’essai roulant de la transition possible vers une énergie propre. Car lorsqu’elle produit de l’électricité, une pile à combustible n’émet que de l’eau. GreenGT prépare la participation de bolides à hydrogène à la grande course de 24 Heures face aux voitures à essence pour 2024.

Pourquoi l’endurance. Le choix de GreenGT de développer une voiture à hydrogène pour une grande course d’endurance part du constat de la différence d’autonomie entre ce mode de propulsion et celui des voitures électriques sur batteries. Beaucoup plus lourdes (les batteries représentent un quart du poids total), ces dernières ont des possibilités limitées d’accélération multiples et d’autonomie. Sous réserve d’hydrogène vert, le bilan carbone des voitures à hydrogène est aussi très bon même si leur efficience de 40% est moins élevé que celles des véhicules à batterie. Reste que si la course sert de démonstrateur à GreenGT, les premiers débouchés de l’entreprise sont plutôt à chercher du côté des camions, qui eux aussi ont besoin de puissance.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.