Le Flux Sciences propose une sélection d’actualités scientifiques, certaines traitées en profondeur par ses journalistes spécialisés, d’autres, appelées «radars», repérées pour vous dans des médias de qualité.


S'abonner
| | news

Comment les chercheurs imaginent les stations de ski du futur

Remontées mécaniques à Saas-Fee. | Manuel Lopez / Keystone

Les «vacances de ski» ont démarré cette semaine en Suisse romande, avec le canton de Genève. Avec des températures très élevées pour la saison, après un mois de janvier historiquement doux, la neige n’est pas toujours au rendez-vous dans les stations. La situation est problématique principalement dans les domaines de basse et moyenne altitude. Plusieurs d’entre eux, comme Charmey, dans les Préalpes fribourgeoises , ou Savagnières, dans le Jura, ont même dû fermer leurs installations.

Pourquoi on en parle. Selon les projections des climatologues, l’enneigement insuffisant en montagne pourrait devenir un problème de plus en plus fréquent au cours des décennies à venir. Ces perspectives soulèvent de nombreuses questions: pourra-t-on encore skier en Suisse dans 30 ou 50 ans? Où et à quelles conditions? Quels nouveaux modèles les géographes, spécialistes du tourisme ou économistes envisagent-ils?

| idées

L'actualité vue par la jeune scientifique primée Océane Patiny

Océane Patiny

Après mon podium au Concours européen des jeunes scientifiques, j’ai été invitée à l’International Swiss Talent Forum: nous étions 70 jeunes de 25 pays à proposer des solutions pour le système alimentaire mondial. Alors que Heidi.news prépare une offre spéciale pour les jeunes à la fin du mois, son équipe a souhaité en savoir plus sur mon rapport à l’actualité en me confiant sa newsletter matinale ce mercredi. La voici.

Dans mon radar

Partout, le coronavirus. D’où que l’on regarde, le coronavirus est devenu l’un des principaux sujets d’actualité à suivre. Dans mon équipe au ISTF, un jeune Singapourien se montrait très inquiet pour son pays et sa famille. Difficile donc de ne pas se sentir impliqué dans ce genre de situation.

| | radar

Les recettes de la physique pour obtenir des bulles gigantesques

Bulle de savon (image d'illustration) | zacktionman/Flickr/Creative Commons

Comment obtenir les bulles de savon les plus grandes possibles? La question paraît triviale. Il s’agit pourtant d’un sujet sérieusement débattu par la science. Des chercheurs se sont penchés sur la composition idéale de savon, d’eau et de polymères permettant d’obtenir les plus grandes bulles possibles. Leurs travaux, publiés dans la revue Physical Review Fluids, ont inspiré un article à Wired.

Pourquoi on en parle. Certains artistes de rue sont capables de produire des bulles gigantesques. Justin Burton, l’un des auteurs, s’est rendu compte que le secret résidait dans le type de polymère (naturel ou synthétique) utilisé: gomme de guar, lubrifiant médical… Et plus précisément, de la longueur des chaînes de polymères. Ces scientifiques ont ainsi déterminé la recette idéale pour produire des bulles d’un volume de 100 m3, le record du monde s’élevant à 96,27 m3.

link

A lire dans Wired

| | news

Sexisme, «boys club» et plafond de verre: les universités suisses continuent de sacrifier les femmes

Visite de l'EPFL d'une délégation du Liechtenstein, avec Martin Vetterli et Ueli Maurer| Keystone

Cet article fait partie de notre dossier sur la grève des femmes, publié le 14 juin dernier. Nous le republions à l'occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de science qui se tient ce 11 février 2020.

L’université reste un bastion masculin en 2019. Si au niveau bachelor et master, la Suisse atteint la parité – et même une légère majorité de femmes! –, c’est loin d’être le cas lorsque l’on monte dans la hiérarchie académique. Le pays ne compte que 22,8% de professeures, alors que la Conférence des recteurs avait fixé l’objectif de 25% pour… 2012.

Pourquoi c’est grave. Ce phénomène appelé leaky pipeline représente une immense perte de compétences pour la recherche. Une fuite des cerveaux vers d’autres carrières, en quelque sorte.

| | radar

La Nasa demande 35 milliards de dollars pour retourner sur la Lune

Jim Bridenstine, administrateur de la Nasa, le 10 février 2020 | Nasa

Retourner sur la Lune: c’est la mission que se sont fixés les Etats-Unis à travers le programme Artemis. Restait l’incertitude de son financement. Le couperet est tombé: l’administration Trump demande un budget de 25,2 milliards de dollars pour l’Agence spatiale en 2021, une augmentation de 12% par rapport à l’exercice précédent, explique Ars Electronica.

Pourquoi on en parle. La Nasa avait demandé 35 milliards de dollars supplémentaires sur quatre ans pour mener le programme à bien et alunir en 2024. Reste à savoir comment le Congrès réagira à cette demande, d’autant plus que 2024 sera une année avec de forts enjeux électoraux dans l’agenda politique du pays.

link

Lire l'article sur Ars Electronica

| | idées

Qui est en mesure d'estimer si un investissement est durable?

Thierry Courvoisier

L'astrophysicien Thierry Courvoisier est professeur émérite de l'Université de Genève et ancien président de l'Académie suisse des sciences naturelles (2012-2015) et des Académies suisses des sciences. Il a aussi été président de l'European Academies Science Advisory Council (EASAC) jusqu'à 2019.

Nous entendons souvent, en ce moment, des appels à une économie et des investissements plus «durables» ou «verts». Mais inciter à ces investissements sans se donner les moyens de les définir n’est que d’une utilité symbolique.

Pourquoi c’est important. Les investisseurs possèdent en effet un outil puissant, à même de transformer nos sociétés, donc de contribuer à garder notre planète hospitalière pour les générations futures. Les appels à verdir économie et investissements partent d’une volonté louable et d’un souci réel de leurs auteurs.

| | radar

Quelque chose dans l’espace envoie régulièrement des signaux vers la Terre

Image d'illustration | Wikimedia Commons

Une mystérieuse source située à 500 années lumières de notre planète émet régulièrement des sursauts radio rapide (fast radio burst, FRB). La découverte, dévoilée en pré-publication par l’équipe du radiotélescope canadien CHIME, est relatée par Vice.

Pourquoi c’est étonnant. L’origine des FRB demeure encore mystérieuse. On ne sait pas exactement expliquer d’où vient ce signal, et surtout son caractère périodique. Selon une autre équipe d’astronomes, une étoile à neutron qui serait régulièrement occultée par un autre objet plus massif pourrait être en cause.

link

A lire sur Vice

| | news

Comment le cannabis enfume nos souvenirs

Fractale à partir d'une feuille de cannabis (image d'illustration) | Creative Commons

Les faux souvenirs sont un phénomène psychologique qui se produit lorsqu’une personne croit se souvenir d’un événement qui n’a jamais eu lieu. Le cannabis favoriserait leur survenue, selon un essai clinique paru dans PNAS. Selon ses conclusions, la consommation aigüe de THC perturbe la mémoire de ses consommateurs, en les rendant plus sensibles à la suggestion.

Pourquoi c’est intéressant. Le cannabis est un produit stupéfiant très courant. Or, sa consommation par des témoins ou des auteurs de délits (voire de crimes) complique le travail d’enquête policière. Comprendre précisément ses effets, à court et long terme, peut aider à établir des méthodes d’interrogatoires plus efficaces, capables de réduire les risques de faux-souvenirs.

| | reportage

Au CERN, les habits neufs de l'accélérateur LHC pour 2021

CERN

De quoi sera faite la science du futur au CERN (l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire)? Son instrument phare, l’accélérateur de particules LHC est surtout connu pour avoir permis de confirmer l’existence du boson de Higgs en 2012. Une découverte qui a valu au physicien éponyme le prix Nobel en 2013. Mais au CERN, la recherche scientifique continue. L’accélérateur fait actuellement peau neuve: il est arrêté jusqu’à mi-2021 pour des travaux qui rendront possibles de nouvelles expériences.

Pourquoi c’est intéressant. L’enjeu de ce vaste chantier qui doit assurer jusqu’en 2040 l’avenir de la recherche en physique nucléaire européenne? Multiplier le nombre des collisions de protons, afin d’augmenter la probabilité de découvrir de nouvelles particules rares permettant peut-être de décrire la «matière sombre» qui emplit un quart de l’Univers mais dont les physiciens ignorent la nature, ou d’expliquer l’immense déséquilibre entre matière et antimatière dans l’Univers, alors que ces deux entités étaient à l’équilibre juste après le Big-Bang.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

Comment Lonza a tiré vers le haut les émissions de gaz à effet de serre suisses

Site de Viège (Valais) de Lonza | OLIVIER MAIRE/KEYSTONE

A l’occasion d’une mesure de contrôle réalisée en 2018, Lonza a découvert que ses installations pharmaceutiques de Viège, en Valais, rejetaient de grande quantité de protoxyde d’azote —aussi connu comme gaz hilarant— dans l’environnement. Or, il s’agit d’un puissant gaz à effet de serre. L’entreprise s’est engagée à installer un catalyseur à 12 millions de francs d’ici fin 2021 afin de réduire d’au moins 98% ces émissions, a annoncé l’Office fédéral de l’environnement (OFEV).

Pourquoi on en parle. Ces rejets de N2O représentent un surplus de 600’000 tonnes équivalent CO2 par an à inscrire à la comptabilité carbone du pays, soit environ 1% des émissions de gaz à effet de serre (GES) de la Suisse. De quoi affecter les objectifs climatiques de la Suisse.

| | radar

Les dysfonctionnements en série de la capsule Starliner de Boeing

Capsule Starliner | NASA

Le 20 décembre 2019, le vol d’essai de la capsule Starliner, conçue par l’avionneur Boeing, ne s’était pas exactement passé comme prévu. Le vol non habité n’était pas parvenu à se mettre sur la bonne orbite pour s’amarrer à la Station spatiale internationale (ISS). Une défaillance causée non pas par une, mais par deux erreurs de programmation, a finalement révélé la Nasa et comme raconte le MIT Technology Review.

Pourquoi on en parle. Lors de la découverte du premier bug, à l’occasion du lancement, la Nasa s’était dans un premier temps montrée confiante, annonçant que s’il s’était agi d’un vol habité, l’équipage aurait été en sécurité. Mais le deuxième problème logiciel, qui n’aurait pas été détecté sans le premier bug, aurait pu endommager l’appareil s’il n’avait été discrètement corrigé par les équipes au sol avant le retour de la sonde sur Terre. La Nasa souhaite désormais réaliser un audit de la totalité du code de l’appareil — plus d’un million de lignes!

link

Lire l'article du MIT Tech Review

| | news

Solar Orbiter, une mission européenne pour faire toute la lumière sur le Soleil

Solar Orbiter emmène dix instruments, dont un construit en Suisse | ESA

Il nous éclaire tous les jours. Mais aux yeux des scientifiques, il porte lui-même encore bien des zones d’ombres. C’est pourquoi le Soleil est la cible de la mission Solar Orbiter de l’Agence spatiale européenne (ESA), qui a été lancée dans la nuit du 9 au 10 février depuis la Floride. Avec à bord dix instruments, dont trois sont dotés de composants suisses, l’un d’eux étant même entièrement géré depuis la Haute-école spécialisée du Nord-Ouest, à Windish (Argovie).

Pourquoi c’est intéressant. Dédiée à la physique solaire et héliosphérique, cette mission à 500 millions d’euros a pour objectif de mieux connaître le fonctionnement de l’astre, et surtout les effets (parfois délétères) que ses sursauts énergétiques peuvent avoir sur la Terre. Pour la première fois, un engin pourra aussi ausculter ses pôles – car le Soleil en a! Une odyssée qui durera près de dix ans, à quelque 110 millions de kilomètres de la Terre.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | radar

La carapace des crabes se dissout à cause de l'acidité du Pacifique

DR

Selon une étude publiée dans Science of the total environment, l'océan Pacifique devient de plus en plus acide. Une situation directement liée aux émissions de CO2 en hausse. Lors des deux derniers siècles, il est estimé que les océans se sont acidifiés d’environ 30%, rappelle Géo.

Pourquoi on en parle. Parmi les conséquences direct: les crabes de Dungeness (Metacarcinus magister) vivant sur la côte ouest des Etats-Unis, très prisés pour leur chair, en font les frais. Les scientifiques ont observé une dissolution de leur carapace.

link

A lire dans Géo

| | radar

Le Japon lance un satellite pour surveiller les missiles nord-coréens

Le satellite espion a été transporté par une fusée H-IIA. | Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. / JAXA

Le Japon a mis hier en orbite un satellite de surveillance pour avoir, entre autres, à l'oeil les activités en provenance de Corée du Nord. Équipé d’un appareil photo numérique, il est envoyé pour prendre la relève de l'un des sept autres satellites de reconnaissance, raconte le Japan Times.

Les détails. Le satellite espion a été transporté par une fusée H-IIA lancée depuis le centre spatial de Tanegashima dans la préfecture de Kagoshima. Coût de l'opération: 34,3 milliards de yens (310 millions de francs).

link

A lire dans Japan Times

| | radar

Des sociétés japonaises développent une valise pour guider les aveugles

Capture d'écran d'une vidéo de présentation. | BBeep

Cinq sociétés, dont IBM Japon, co-développent une valise intelligente, nommée Bbeep, conçue pour guider les personnes ayant une déficience visuelle. Equipée de caméras et de capteurs, elle peut être embarquée à bord d'un avion et remplacer les chiens-guide.

Pourquoi c’est encourageant. En cours de développement, la valise est testée actuellement et un prototype pourrait être proposé dès le mois de juin. Une commercialisation pourrait être envisagée d’ici 2022.

link

A lire dans The Mainichi