| | news

La France s'acheminerait vers la fin du remboursement des médicaments homéopathiques

Granules homéopathiques | Gaetan Bally - Keystone

Selon le quotidien Libération, la Commission de transparence de la Haute Autorité de Santé française se préparerait à recommander le dé-remboursement des médicaments homéopathiques en raison d’un manque d’efficacité prouvée.

Ce qui va se passer. Selon Libération, l’avis —confidentiel— rendu par la commission française sera adressé aux industriels du secteur, qui auront dix jours pour le contester, puis 45 jours pour faire valoir leurs arguments. Ensuite, l’avis définitif de la HAS sera transmis à la ministre de la Santé, qui décidera de la suite à lui donner.

| | news

Le déclin d'un des plus grands glaciers du Groenland s'est inversé... pour l'instant

Le glacier de Jakobshavn (Groenland) en 2016 | AP/NASA

Dans les années 2000, le glacier groenlandais de Jakobshavn était considéré comme celui qui déclinait le plus rapidement en Arctique, perdant 10 m d’altitude par an. De nouvelles observations satellitaires montrent qu’il a regagné en épaisseur. Ces résultats ont été dévoilés au Living planet symposium organisé par l’ESA à Milan, auquel assiste Heidi.news.

Pourquoi ce n’est pas si surprenant. Ces résultats, obtenus par une équipe de l’université de Leeds, confirment une précédente étude de la Nasa publiée en mars 2019 dans Nature Geoscience (EN). Des mesures de température réalisées par bateau et par avion suggéraient déjà que glacier regagnait du terrain.

| | news

Frédéric Kaplan: «Ce serait une terrible erreur de l'Europe d'oublier la préservation de l’héritage culturel»

Frédéric Kaplan, père du Time Machine, reste optimiste | Wikicommons

La Commission européenne ne lancera pas de nouveau projet de recherche géants (nommé «FET Flagships»), tel le Human Brain Project, dotés d’un milliard d’euros sur 10 ans. Comme l’annonce le magazine Science (EN), elle a stoppé le processus de sélection qui avait déjà abouti à nommer six initiatives finalistes, parmi lesquelles le projet Time Machine, de l’EPF de Lausanne.

La réaction de Frédéric Kaplan. Pour le père du projet Venice Time Machine à l’EPFL, qui a servi de base au Time Machine européen et dont il est l’initiateur, la décision européenne est moins importante sur la forme – l’instrument de financement – que sur le fond. Elle envoie un message troublant par rapport à un domaine crucial et émergeant: la numérisation du patrimoine culturel, qui pourrait être relégué dans l’ordre des priorités européennes.

| | news

Une araignée qui n’a pas peur du noir révèle son secret

Parade amoureuse d'un mâle Maratus speciosus, l'abdomen relevé | Avec l'autorisation de Jürgen Otto

L’arachnide Maratus speciosus, une araignée de quelques millimètres qu’on rencontre à l’ouest de l’Australie, a développé une aptitude toute particulière à créer un noir profond. Une stratégie pour attirer des partenaires sexuels.

Pourquoi c’est malin. Les couleurs éclatantes le sont d’autant plus que le contraste est grand avec les nuances voisines. Celui-ci est amplifié, chez les mâles de cette araignée, par des taches sur l’abdomen d’un noir particulièrement profond, puisqu’il réfléchit moins de 0,5% de la lumière incidente.

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

Les premières images de la mission spatiale italienne PRISMA dévoilées à Milan

Vue d'artiste du satellite PRISMA | Agence spatiale italienne

Le satellite expérimental italien PRISMA —accompagné de son unique instrument, une caméra hyperspectrale— est en orbite depuis le 22 mars 2019. À l’occasion du sommet Living planet symposium organisé par l’ESA à Milan, où Heidi.news était présent, l’Agence spatiale italienne (ASI) en a dévoilé les premières images.

Pourquoi c’est important. PRISMA n’est pas le premier satellite recourant à l’imagerie hyperspectrale: il compte de nombreux prédécesseurs, par exemple l’instrument CHRIS (EN) de la mission européenne Proba-1. Mais la mission est pour l’Italie un enjeu national, qui doit la doter de ses propres capacités d’observation spatiale des ressources naturelles et de l’atmosphère.

| | radar

Les chasseurs de tornade américains embauchent des drones

Photo spectaculaire d'une tornade dans l'Iowa en 2008 | AP

Aujourd’hui commence aux États-Unis un ambitieux programme d’études des tornades, nous racontent Nature News et le Washington Post. Quatre drones seront déployés dans les grandes plaines, pour étudier les tornades de l’intérieur. Le projet mobilise une cinquantaine de scientifiques.

Pourquoi c’est important. Chaque année, les États-Unis sont frappés par plus de 1200 tornades, dont certaines sont les plus dévastatrices au monde, avec des vents dépassant parfois 400 km/h. La prévision de ces phénomènes orageux localisés mais très erratiques reste imprécise.

| | radar

L'entreprise suisse Weleda aurait vendu illégalement en France de l'extrait de gui, produit controversé utilisé dans la lutte anti-cancer

Ampoules d'extrait de gui | Olivier Hertel - Sciences & Avenir

Nos confrères français de Sciences & Avenir révèlent que l’entreprise suisse Weleda aurait écoulé en France des stocks d’un produit pharmaceutique interdit dans le pays depuis 2018.

Pourquoi c’est important. Cette substance, baptisée «Viscum album fermenté» est un extrait de gui. Elle est utilisée sous forme d’injections, notamment dans le sein de femmes atteintes d’une tumeur. Son efficacité n’a jamais été démontrée, et il peut provoquer de graves effets indésirables.

| | radar

L’Europe sacrifie ses projets de recherche géants, dont le Time Machine de l’EPFL

Le projet TimeMachine veut notamment reconstruire virtuellement des villes, comme Venise, sur la base de leurs archives | EPFL DHLAB Venise Piazza San Marco

La Commission européenne ne lancera pas de nouveau projet de recherche géants (nommé «FET Flagships»). Elle a stoppé le processus de sélection qui avait déjà abouti à nommer six initiatives finalistes, parmi lesquelles le projet TimeMachine, de l’EPF de Lausanne. Le magazine Science détaille la nouvelle (EN).

Pourquoi c’est gênant. Chacun de ces six vastes projets, choisis en février dernier par la Commission dans une première liste de 33, avait reçu un million d’euros pour développer ses plans de concrétisation. Ces consortiums s’étaient déjà largement engagés, impliquant parfois des centaines de chercheurs de dizaines d’institutions académiques. La Commission européenne calme le jeu.

| | radar

Un seul gène de l'escargot modifié, et sa carapace tourne dans l'autre sens

Deux escargots, l'un dont la coquille tourne vers la droite, le sens normal (en haut), et l'autre qui tourne à gauche (en bas) | Kuroda Lab

Une équipe japonaise a démontré qu’il suffit de modifier un seul gène de l’escargot aquatique Lymnaea stagnalis (EN) pour que sa carapace se forme dans l’autre sens.

Ce qu’il faut retenir. La carapace de l’escargot L. Stagnalis tourne dans le sens des aiguilles d’une montre, vers la droite. Mais on observe parfois le sens inverse dans la nature. Un gène avait été identifié, dont la mutation provoque ce changement, sans qu’on soit sûr qu’il soit le seul. Grâce à la méthode d’édition de gène CRISPR/Cas9, les chercheurs de Tokyo en apportent la preuve définitive.

| | news

Une petite révolution dans le monde de la métallurgie accélère la mise au point d'alliages

Engrenage en verre métallique. Ce matériau est testé par la Nasa pour les robots destinés à explorer des astres glacés | Nasa JPL - Caltech

Des chercheurs de l’Institut de physique de l’Académie chinoise des sciences de Pékin ont développé une technique originale pour mettre au point de nouveaux alliages métalliques. Elle leur a permis de créer un verre métallique à base d’iridium, de nickel et de tantale, qui conserve ses propriétés mécaniques à haute température.

Pourquoi c’est important. La voie traditionnelle consiste à peser et fondre de petites quantités de métaux différents, puis à les mélanger, avant de tester les propriétés de l’alliage jusqu’à trouver celui qui présente les caractéristiques recherchées. Une méthode d’essai-erreur fastidieuse puisqu’il faut refaire ces opérations des centaines de fois en changeant les proportions. La technique mise au point à Pékin permet de fabriquer plus d’un millier d’alliages à la fois. C’est une petite révolution!

| | hd

Au programme de votre Flux Sciences ce mercredi

Bonjour à tous, je suis Denis, nous sommes le 15 mai 2019, et j’aurais le plaisir de vous accompagner au fil de cette journée. Vos questions, vos remarques, une seule adresse, facile à retenir: sciences@heidi.news. Nous nous efforcerons d’y répondre.

La nuit prochaine ne sera pas comme les autres. SpaceX, de l’incontournable Elon Musk, entend lancer la première salve de sa constellation Starlink, censée à terme offrir un internet sans fil à l’ensemble de la planète. Plus de 11’000 satellites sont prévus, au nom d’une liberté d’accès au réseau mondial, sans que les détails concrets, le prix notamment, n’aient été donnés.

| | news

Une nouvelle carte du relief de l'Antarctique avec le satellite CryoSat-2

Sur cette carte en fausses couleurs, l’altitude a été calculée en utilisant le mode interférométrique plutôt que le mode radar habituel du satellite CryoSat-2 | Université d'Edimbourg (Royaume-Uni)

Cette carte inédite a été dévoilée à l’occasion du Living planet symposium organisé par l’Agence spatiale européenne, qui se tient du 13 au 17 mai 2019 à Milan, et auquel Heidi.news assiste. Elle représente l’altitude du Continent Glacé, de 0 mètre (en violet) à 4 km (en rouge).

Pourquoi c’est nouveau. Ce n’est pas la première fois que des données satellitaires sont utilisées pour produire une cartographie 3D de l’Antarctique: cela avait déjà été réalisé en 2017 à l’aide du radioaltimètre du satellite CryoSat de première génération (EN), mais avait nécessité plus de 250 millions de points d’observation. Ici, les chercheurs ont utilisé les capacités interférométriques de CryoSat-2 plutôt que son radar altimétrique traditionnel.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | news

Fin de l'alerte au tsunami en Papouasie-Nouvelle-Guinée et aux îles Salomon

La carte publiée aujourd'hui montre l'épicentre du séisme de magnitude 7,7 | USGS

Un violent séisme de magnitude 7,7 s’est produit aujourd’hui à 14h58 (heure européenne), tout près de l’île de Kavieng, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Une alerte au tsunami a été lancée par le Centre d’alerte aux tsunamis du Pacifique, qui dépend de l’Unesco, neuf minutes après la secousse.

Pourquoi c’est important. Selon les géologues du gouvernement américain (USGS), la secousse s’est produite à faible profondeur (10 km) sous l’eau. L’alerte au tsunami porte sur un rayon de 1000 km autour de l’épicentre du séisme. Des vagues sont susceptibles de toucher les côtes de PNG et les îles Salomon.

| | news

Sur les plages d’Hiroshima, des grains témoignent de l’horreur de l’explosion nucléaire

Hiroshima après l'explosion | U.S. Navy Public Affairs Resources

Découverts par hasard sur des plages au Japon, de petits débris s’avèrent être des matériaux formés et retombés lors l’explosion de la bombe atomique sur Hiroshima, le 6 août 1945.

Pourquoi c’est important. Beaucoup d’études ont été faites sur les retombées radioactives du bombardement nucléaire d’Hiroshima. Mais c’est la première fois que des matériaux, de petits grains aux formes multiples, sont identifiés. Ils proviennent très vraisemblablement de la ville elle-même, qui a été vaporisée par l’extrême chaleur de l’explosion nucléaire.

| | news

«J’avais étudié des centaines d’échantillons de sable et jamais rien observé de pareil»

Une plage de l'île de Miyajima, non loin d'un lieu de prélèvement de sable contenant des débris de l'explosion d'Hiroshima | そらみみ - Creative Commons

Installé en Suisse, le géologue Mario Wannier raconte comment il est parvenu, avec ses collègues, à déterminer que des échantillons de sable de la région d’Hiroshima contiennent des débris de la ville pulvérisée en 1945 par une bombe atomique.

Pourquoi c’est important. Cette découverte fortuite, née de la passion de Mario Wannier pour l’étude du sable des plages d’Asie, confirme à quel point on connaît mal ce qui se passe au sol quand une bombe atomique explose.